En 2020, 350 meurtres de personnes trans ont été rapportés à l’échelle mondiale, mais ce ne sont que les décès dont nous avons eu connaissance. La grande majorité des victimes étaient des femmes trans. La plupart étaient des personnes noires, autochtones ou racisées. De nombreuses victimes étaient des travailleuses et travailleurs du sexe.

Malgré la haine qui persiste, les personnes trans continuent d’être les pionnières des mouvements de justice sociale. Les membres du SCFP partout au pays joignent les rangs de la lutte pour les droits trans, exigeant la fin des « thérapies » de conversion et l’amélioration des services publics pour les travailleuses et travailleurs LGBTQ2+. Nous encourageons tous nos membres à devenir des alliés sensibles et mobilisés pour mettre fin à la discrimination et à la violence contre les personnes trans, bispirituelles et non binaires.

La Journée du souvenir trans est, cependant, un rappel brutal de tout le travail qu’il nous reste à accomplir. Nous nous engageons à rendre nos milieux de travail, nos syndicats et nos communautés toujours plus sécuritaires pour les personnes trans.

Ce que vous pouvez faire?

Éducation 

  • Informez-vous et sensibilisez vos membres sur les enjeux importants de la communauté trans afin de rendre votre milieu de travail plus sécuritaire et trans-inclusif. Devenez des alliées et alliés de la diversité des genres, demandez des sessions de formation syndicale et des présentations sur les droits de la personne dans votre région.
  • Invitez un porte-parole de la communauté trans à faire une présentation à votre section locale.
  • Utilisez les ressources éducatives du SCFP, notamment nos fiches d’information sur les pronoms et les alliés de la diversité des genres, partagez-les avec d’autres membres et avec votre employeur.
  • Lisez le rapport du SCFP sur la création de services publics sécuritaires pour les travailleuses et travailleurs et les personnes âgées LGBTQ2+.

Négociation

Passez à l’action

  • Participez aux activités de la Journée du souvenir trans dans votre collectivité.
  • Écrivez à votre sénatrice ou sénateur pour lui demander de reprendre les travaux aussitôt que possible pour adopter le projet de loi C6 qui interdirait les « thérapies » de conversion. Pour plus d’informations, consultez ce rapport endossé par le SCFP et le site No Conversion Canada
  • Dénoncez les commentaires et les comportements transphobes, ainsi que le racisme, la misogynie, l’oppression de classe et les autres formes de violence envers les personnes trans.