Chaque année, le 21 mars, le SCFP célèbre la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations Unies.

Chaque jour, des membres du SCFP de tout le pays continuent à lutter contre le racisme qui persiste dans nos communautés et nos lieux de travail, notamment sous forme de criminalisation et de profilage racial, d’islamophobie, de manque d’accès aux emplois et à l’éducation, de travail précaire, d’accès inégal aux services publics, de racisme environnemental et de manque de respect des droits fondamentaux envers les travailleurs migrants.

Cette année, nous dénonçons le racisme à l’ère du coronavirus.

Depuis les derniers mois, la xénophobie et le racisme envers les Asiatiques a atteint des sommets dans le contexte de l’éclosion du nouveau coronavirus (2019 n-COV), le virus à l’origine de la maladie COVID-19. Cette montée du racisme envers la population asiatique s’apparente à ce qui s’est passé au cours de la pandémie du SRAS.

Le SCFP est solidaire avec les personnes d’ascendance asiatique - et celles qui sont s’identifient comme tel - qui deviennent la cible de blâmes et d’accusations. Le SCFP ne tolère aucune forme de harcèlement, ni remarques racistes ou discriminatoires, ni gestes de violence contre qui que ce soit, surtout en cette période où nous avons besoin d’aide mutuelle et de collaboration au niveau local et mondial.

Le SCFP appuie ses membres, leurs voisins et leurs amis en cette période difficile, et tient à souligner que les syndicats jouent un rôle vital dans la lutte contre la haine et la peur au Canada et partout dans le monde.

Il est important que nos membres qui subissent toute forme de harcèlement, de discrimination ou de racisme communiquent avec leur délégué syndical ou un membre de l’exécutif de leur section locale pour déposer une plainte ou un grief.

Le 21 mars est aussi une occasion de souligner les réalisations importantes des personnes racisées et des Autochtones pour promouvoir l’égalité et la justice dans nos communautés, nos milieux de travail et notre syndicat. Ces personnes comprennent nos membres dont le militantisme a renforcé notre mouvement en apportant de nouvelles idées, de nouvelles perspectives et du dynamisme dans les luttes des travailleuses et travailleurs.

Suggestions d’actions pour nos membres

Se renseigner

  • Participer à un atelier ou inviter un conférencier. Inscrivez-vous à un atelier du syndicat qui porte sur les pratiques de lutte contre le racisme et sur les façons de réagir au harcèlement, à la discrimination ou à l’intimidation. Invitez un conférencier pour parler de la lutte contre le racisme à votre prochaine réunion syndicale.
  • S’abonner aux mises à jour et lire le Rapport sur l’islamophobie du Congrès du travail du Canada sur les façons de la combattre au travail.

Agir

  • Appuyer le Migrant Rights Network dans sa campagne pour la justice envers les travailleurs migrants à l’ère du coronavirus. Signez la pétition et partagez-la dans vos réseaux.
  • Intervenir. Renseignez-vous sur les meilleures façons d’intervenir pour combattre les gestes racistes et sur la meilleure façon d’appuyer les personnes ou groupes concernés. Dénoncez les gestes racistes comme les blagues, les insultes, les graffitis et les injures.
  • Intervenir dans votre lieu de travail. Dénoncez les pratiques et les politiques discriminatoires ou racistes dans votre lieu de travail.
  • Remettre en question vos propres idées. Examinez certaines de vos opinions qui pourraient être influencées par la discrimination.
  • Devenir une ou un allié. Un allié est une personne qui soutient activement les groupes victimes de racisme. Une telle alliance permet de renforcer les relations dans le lieu de travail.

Négocier

  • Négociez des clauses d’équité en emploi dans votre convention collective. Pour plus de renseignements, communiquez avec la Direction des droits de la personne, à droitsdelapersonne@scfp.ca