En 2016-2017, les activités de solidarité internationale du SCFP ont pris plusieurs formes, et ce aux quatre coins de la planète. Le SCFP a favorisé les échanges entre travailleurs et fait preuve de solidarité avec des syndicats et des mouvements sociaux de la Colombie, de la Corée du Sud, du Nicaragua, des Philippines, du Guatémala et du Honduras. Dans la dernière année, nous avons beaucoup appris de nos consœurs et confrères de l’étranger. Ils nous ont rappelé que notre capacité à défendre les services publics et les bons emplois dans nos communautés est liée à notre capacité à défendre ces enjeux à travers le monde.

Malheureusement, on constate une hausse de la privatisation, de la sous-traitance et de la délocalisation de la part de multinationales dont les sièges sociaux se trouvent au Canada, aux États-Unis, en Europe, en Chine ou ailleurs. Ces manœuvres nuisent aux travailleurs du monde entier. D’ailleurs, les décisions des conseils d’administration de ces multinationales affectent de plus en plus les membres du SCFP.

Les gouvernements, y compris les actuels gouvernements fédéral et provinciaux du Canada, soutiennent les entreprises privées qui reçoivent souvent des contrats de plusieurs millions de dollars payés en partie par les contribuables. Les mesures d’austérité et les accords commerciaux qu’on nous impose facilitent l’intrusion du secteur privé dans le secteur public dans le but de réaliser des profits.

Les droits, les salaires et les conditions de travail des travailleurs sont ramenés au plus petit dénominateur commun. Heureusement, partout dans le monde, les travailleurs s’unissent pour riposter.

Dans ce contexte difficile, les travailleurs de la planète ont décidé de bâtir des alliances au-delà de leurs frontières respectives. Le SCFP national a mis sur pied le Fonds pour la justice mondiale parce que nous savons que nous renforçons notre capacité de riposter en tissant des liens entre les membres du SCFP et les autres travailleurs d’ici et d’ailleurs qui se battent pour les mêmes choses que nous.