Logo du SCFP

Mettons fin aux réductions d'impôts accordées aux grandes entreprises! Agissons dès maintenant!

le 26 janvier 2012 2 h 54
 
Mettons fin aux réductions d’impôts accordées aux grandes entreprises! Agissons dès maintenant!

Les gouvernements fédéraux qui se sont succédé ont promis que les entreprises créeraient des emplois si l’impôt sur leurs revenus était abaissé. Entre 2000 et 2011, le taux d’imposition des sociétés est passé de 28 % à 16,5 %. À compter du 1er janvier 2012, il a été diminué encore de 1,5 % , pour atteindre 15 %. Quelle en a été la valeur pour les Canadiens et les Canadiennes?

Une vaste étude par le CTC intitulée « En quoi ont résulté les réductions des impôts frappant les sociétés? » révèle que les grandes entreprises ne créent pas d’emplois, n’investissent pas dans l’équipement, la machinerie ni dans le perfectionnement professionnel. Ce que ces entreprises font c’est accumuler des liquidités, verser des dividendes accrus aux actionnaires et augmenter la rémunération des PDG.

Les grandes entreprises ont maintenant accumulé 500 milliards de $ en liquidités. Mais les Canadiens et les Canadiennes en paient le prix. Pour financer les cadeaux fiscaux aux sociétés, le gouvernement fédéral emprunte de l’argent et réduit les dépenses dans les services publics nécessaires aux Canadiens – comme dans l’inspection des aliments ou dans le personnel qui traite les demandes d’assurance-emploi des travailleurs qui ont perdu leur emploi.

Dites au ministre des Finances, Jim Flaherty, que ses priorités dans le prochain budget ne sont pas les bonnes.

Plutôt que réduire dans les services publics nécessaires aux Canadiens, pourquoi ne pas obliger les grandes entreprises à rembourser les sommes? Plutôt que réduire dans les dépenses qui font disparaître des emplois, pourquoi ne pas éliminer les cadeaux fiscaux offerts aux entreprises?


Le message suivant sera envoyé sous votre signature et inclura le message personnel indiqué ci-après :

Accorder plus de baisses d’impôt aux entreprises n’est pas une bonne priorité pour le Canada en raison de la stagnation de la relance économique. Les Canadiens et les Canadiennes financent maintenant les réductions du taux d’imposition des sociétés à hauteur de 13 milliards de dollars par année, mais ne constatent que peu de valeur en retour.

Les entreprises ne créent pas d’emplois. Elles accumulent des liquidités, versent des dividendes accrus aux actionnaires et paient toujours plus les PDG. Les Canadiens et les Canadiennes n’ont plus les moyens d’emprunter de l’argent si c’est simplement pour le donner aux entreprises qui ne respectent pas leurs engagements. Les grandes entreprises ont accumulé 500 milliards de $ en liquidités au lieu de créer des emplois, d’investir dans la machinerie et l’équipement ou s’occuper du perfectionnement professionnel de leurs employés.

La majorité des Canadiens et des Canadiennes est d’accord – 92 % - que si les entreprises ne créent pas d’emplois tel que promis, elles doivent rembourser le gouvernement. Même 87 % des électeurs conservateurs sont d’accord qu’on doit obliger les entreprises à rembourser la population canadienne si elles ne tiennent pas leurs engagements.

Votre prochain budget fédéral doit mettre l’accent sur la création d’emplois, et non sur les réductions de dépenses qui font disparaître les emplois. Vous devez éliminer les cadeaux fiscaux aux entreprises qui font perdre 2 milliards de dollars de revenus au gouvernement pour chaque baisse d’un point de pourcentage du taux d’imposition des sociétés, car ces cadeaux sont financés grâce à un endettement de plus en plus profond du Canada.

La création d’emplois est le meilleur moyen de réduire le déficit et la dette. Je veux que mon gouvernement investisse dans l’infrastructure publique et abolisse les réductions de dépenses qui font disparaître des emplois dans les services publics nécessaires aux Canadiens. Vous pouvez y parvenir en éliminant les cadeaux fiscaux aux entreprises. Rétablir le taux d’imposition fédéral des sociétés de 15 % aujourd’hui à 19,5 % – taux inférieur à celui en vigueur lorsque votre parti est arrivé au pouvoir – rapporterait 10 milliards de dollars en revenus supplémentaires par année.