Les personnes âgées vivant en établissement de soins de longue durée ont perdu le projet de loi qui leur aurait enfin accordé des soins minimums. La première ministre a décidé qu’il valait mieux, pour son discours du Trône, se limiter à ressasser de vieilles idées.

C’est l’analyse qu’a faite le président du SCFP, Fred Hahn, à Queen’s Park : « Le discours du Trône n’était qu’un ramassis des grands succès des Libéraux. Il n’a pas su remonter la confiance des électeurs envers leur gouvernement. Avec cette tentative cynique de “changer de poste” pour faire oublier l’impopularité de son gouvernement, la première ministre a donné raison à ceux qui ne croient plus les Libéraux ontariens prêts à agir dans l’intérêt de la population. »

« Nous approchions enfin de l’adoption d’un projet de loi qui garantirait à toutes les personnes âgées en soins de longue durée un minimum de quatre heures de soins directs par jour, déplore Candace Rennick. La première ministre a plutôt choisi de tuer ce projet de loi pour prononcer un discours du Trône et remonter sa cote de popularité. C’est honteux. Nos aînés sont de retour à la case départ. Quant aux électeurs, ils ne sont plus dupes. » Mme Rennick, ex-travailleuse en soins de longue durée, est secrétaire-trésorière du SCFP-Ontario.

« Les Ontariens en ont assez de ce gouvernement libéral qui les ignore depuis des années et qui essaie maintenant d’acheter leur vote avec de vagues promesses, ajoute M. Hahn. Les gens ont vraiment de la misère. Ça semble évident qu’après 15 ans au pouvoir, l’heure des Libéraux a sonné. Nous allons mettre nos efforts dans l’élection d’un gouvernement prêt à améliorer le sort du citoyen et à investir dans les programmes et services qui nous facilitent la vie. »

« Nous allons continuer à nous battre pour garder la question d’une norme de soins aux aînés au sommet de l’ordre du jour, conclut Mme Rennick. Nous ne baisserons pas les bras tant que nos aînés vulnérables ne recevront pas les soins de qualité dont ils ont besoin. »