Clay Suddaby | Service des communications du SCFP

Le président du SCFP-C.-B., Paul Faoro, et la ministre de la Santé mentale et des Toxicomanies de la C.-B., Judy Darcy.Lorsque le nouveau premier ministre de la Colombie- Britannique, John Horgan, a dévoilé la composition de son conseil des ministres le 18 juillet dernier, Judy Darcy était, sans surprise, au nombre des 11 hommes et des 11 femmes qui sont devenus ministres. Comme bien des membres du SCFP le savent, elle a été présidente nationale du SCFP de 1991 à 2003 et directrice des opérations au Syndicat des employés d’hôpitaux de 2005 à 2011.

Le premier ministre Horgan a confié à Judy Darcy le nouveau ministère de la Santé mentale et des Toxicomanies. La création de ce ministère a valu beaucoup d’éloges au nouveau gouvernement.

La mission du ministère consiste à s’attaquer à deux défis souvent interreliés : combattre et résoudre l’épidémie de surdoses d’opioïdes qui a fait plus de 1000 morts en Colombie-Britannique au cours des neuf premiers mois de 2017, ainsi que moderniser et bonifier les services en santé mentale.

Dans sa lettre de mandat à la ministre Darcy, John Horgan a écrit ce qui suit : « Je m’attends à ce qu’à titre de ministre de la Santé mentale et des Toxicomanies, vous réalisiez des progrès notables dans les dossiers prioritaires suivants :

  • travailler en partenariat à l’élaboration d’une réponse immédiate à la crise des opioïdes, ce qui implique des investissements et des améliorations dans les services de santé mentale et de toxicomanie.
  • créer une stratégie en matière de santé mentale et de toxicomanie pour orienter la transformation du système de soins de santé mentale de la Colombie-Britannique. Cette stratégie devra mettre l’accès sur l’amélioration de l’accès, l’investissement dans la prévention précoce et la santé mentale des jeunes.
  • consulter les intervenants internes et externes afin d’identifier la façon la plus efficace pour prodiguer des services de santé mentale et de toxicomanie de qualité. »

« Je suis profondément touchée par les histoires que des gens me racontent à propos de leur combat avec la maladie mentale. Un Britanno-Colombien sur quatre aura des problèmes de santé mentale au cours de sa vie. Beaucoup de gens souffrent en silence, un silence imposé par la honte et le jugement, au lieu d’en parler ouvertement », a souligné la ministre Darcy dans une déclaration publique.

Le SCFP compte plusieurs membres qui luttent au quotidien contre la crise des surdoses qui sévit en Colombie-Britannique. Les membres des sections locales 1004 et 1936 ont sauvé de nombreuses vies. Ils travaillent dans les installations de la Portland Hotel Society dans le quartier Downtown Eastside de Vancouver, y compris à Insite, le premier site d’injection supervisé au pays, ainsi qu’à Victoria. Les ambulanciers provinciaux (section locale 873) sont souvent les premiers à arriver sur les lieux lorsqu’on craint une surdose. D’ailleurs, la multiplication des appels d’urgence a des effets négatifs sur la santé de plusieurs d’entre eux. Enfin, les membres du SCFP qui travaillent pour les municipalités, ainsi que dans les centres communautaires et les bibliothèques doivent aussi composer fréquemment avec des cas de surdoses.

« Des milliers de Britanno-Colombiens ont perdu des proches, des amis, des êtres chers ou des collègues de travail en raison de l’épidémie. J’ai confiance que l’approche du nouveau gouvernement permettra de sauver des vies. Je suis sûr que Judy Darcy sera la femme de la situation. », a souligné le président du SCFP-C.-B., Paul Faoro.