Les personnes qui travaillent dans les services de garde au SCFP sont regroupés dans des sections locales autonomes et des sections multisectorielles. Elles sont éducatrices à la petite enfance, assis­tan­tes, cuisinières et préposées à l’entretien ménager. Les sections locales sont plutôt petites et les salaires peu élevés. Ces membres travaillent pour des organismes de bienfaisance, des organismes sans but lucratif dirigés par des bénévoles ou des parents, des commissions scolaires ou encore des employeurs à but lucratif.

Quelques chiffres

  • 12 000 membres
  • 83 sections locales

Le SCFP représente 2500 membres travaillant dans des centres de la petite enfance. Le SCFP représente aussi plusieurs éducatrices de la petite enfance (EPE) dans d’autres secteurs. Au Québec, nous représentons 2020 éducatrices d’enfants d’âge scolaire qui travaillent pour les commissions scolaires. En Ontario, nous représentons près de 4400 EPE (équivalents à temps plein) qui font partie du programme de maternelle à plein temps. En Colombie-Britannique, nous représentons 350 membres qui travaillent dans le programme d’apprentissage StrongStar, un programme qui prépare les enfants à la maternelle. Le SCFP représente environ 2000 éducatrices dans les municipalités ontariennes qui offrent leurs propres services de garde. Nous représentons aussi des travailleurs en garderie qui œuvrent dans les services de garde des collèges et des universités. Enfin, les employés de plusieurs agences multiservices qui offrent des services de garde sont représentés par le SCFP.

Selon nos calculs, le SCFP représente environ 12 000 syndiqués qui œuvrent dans le secteur des services de garde ou qui offrent des services d’éducation à la petite enfance. Nos membres sont répartis dans toutes les provinces, sauf à l’Île-du-Prince-Édouard et au Nouveau-Brunswick.

La récente enquête Oui, ça nous touche encore!, qui porte sur les éducatrices de la petite enfance travaillant en garderie, est une mine de renseignements sur le secteur.

Suite…