Logo du SCFP

Le syndicat propose une solution pour protéger les services municipaux et résoudre les différends contractuels

le 13 janvier 2012 12 h 04
 

TORONTO – Le syndicat qui représente les cols bleus de Toronto a offert de fournir des services municipaux avec plus de 25 millions de dollars au cours des trois prochaines années en maintenant tous les éléments de sa convention collective actuelle aux niveaux de 2011. L’annonce a été faite à la veille des délibérations qui auront lieu la semaine prochaine sur le budget et au cours desquelles le conseil envisagera des compressions draconiennes.

« Ces services sont importants, tant pour les résidents de Toronto que pour les travailleuses et travailleurs sans lesquels ils ne pourront pas être fournis, a déclaré Mark Ferguson, président du Syndicat des employés municipaux de Toronto, section locale 416 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP). Nous voulons que ces services restent accessibles et à coût abordable. Et nous sommes certains que c’est aussi ce que veut le conseil. »

Les travailleurs municipaux de toute la province qui ont conclu de nouvelles conventions collectives pour 2012 ont obtenu en moyenne des hausses salariales de plus de deux pour cent pour l’année.  La Ville a aussi négocié dernièrement avec les Services policiers de Toronto une convention de trois ans qui prévoit des hausses de trois pour cent par année.

Si les deux parties conviennent de « reconduire » l’actuelle convention collective, les salaires pourraient rester aux niveaux de 2011 pour la durée de l’entente, ce qui libérerait une somme additionnelle de 8,6 millions de dollars chaque année, ou plus de 25 millions de dollars pour les trois prochaines années, permettant ainsi de financer d’importants services. « Par exemple, Toronto pourrait garder ouvertes les piscines et pataugeoires à usage partagé et continuer à offrir des programmes de loisirs gratuits aux jeunes des quartiers prioritaires », a précisé M. Ferguson.

La section locale a présenté sa proposition un jour après que les négociateurs de la Ville aient demandé un rapport recommandant de ne pas instituer de commission de conciliation, soutenant que les pourparlers étaient dans l’impasse. Selon Mark Ferguson, il reste encore bien des points à négocier. « En refusant de discuter avec celles et ceux qui offrent ces services précieux, ils en privent les usagers qui en ont besoin », a-t-il déploré.

« Nous croyons que notre offre contribuera à protéger les programmes et à assurer une certaine stabilité aux finances de la Ville, a-t-il ajouté.  C’est pourquoi nous avons proposé de négocier pendant le week-end avec la Ville. Mais notre offre a été rejetée. »

La section locale 416 représente environ 6 000 travailleuses et travailleurs municipaux, dont les emplois vont de l’enlèvement de la neige aux services médicaux d’urgence, en passant par l’entretien des parcs municipaux et le contrôle animalier. La convention collective de ses membres est arrivée à échéance le 31 décembre 2011.
 

Pour en savoir plus :

Mark Ferguson      
Président de la section locale 416 du SCFP 
416 602-8561

Kevin Wilson 
Communications du SCFP
416 821-6641