Le 1er mai, les travailleuses et les travailleurs du monde entier célèbrent le militantisme et le pouvoir collectif qui ont mené à l’obtention de la journée de travail de huit heures. Ce combat historique constitue une source d’inspiration. Le SCFP célèbre la Journée internationale des travailleuses et des travailleurs en solidarité avec des millions de travailleuses et de travailleurs à travers le monde.

Les travailleuses et les travailleurs du Canada font partie d’un mouvement mondial qui revendique des conditions de travail sécuritaires, un salaire décent, des avantages sociaux, un régime de retraite et des services publics de qualité pour tout le monde.

Nos demandes collectives pour un travail décent, la sécurité, la dignité et le respect sont urgentes, alors que nous entamons la troisième année de la pandémie de COVID-19.

La crise a révélé des lacunes et inégalités graves, au Canada comme ailleurs dans le monde. Elle a illustré les conséquences dévastatrices des compressions, de la privatisation ou de la négligence des gouvernements à l’égard des services publics. Or, l’importance des services publics et la contribution du personnel de première ligne n’ont jamais été aussi claires. Faisons en sorte que les travailleuses, les travailleurs et les solutions publiques soient au cœur de la reprise.

Nous avons également vu à quel point les gouvernements corrompus et autoritaires utilisent la pandémie comme prétexte pour réprimer les gens, y compris les travailleuses et les travailleurs, qui s’organisent en faveur des droits de la personne. Nous sommes solidaires des mouvements de résistance à la répression dans le monde entier.

Grâce à la solidarité internationale, nos luttes pour les droits du travail, la justice économique, la justice raciale, la justice envers les personnes migrantes et la justice climatique sont interreliées. Le SCFP continuera à renforcer ses liens avec les travailleuses et les travailleurs migrants au Canada, ainsi qu’avec nos partenaires et alliés dans des pays comme le Bangladesh, la Birmanie, la Colombie, Cuba, le Guatemala, Haïti, le Honduras, le Mexique, le Nicaragua et les Philippines.

En ce 1er mai, le SCFP réitère son appel au gouvernement canadien pour qu’il cesse de bloquer l’accès des pays à faible revenu et à revenu intermédiaire aux vaccins contre la COVID-19. Tant que nous ne serons pas toutes et tous en sécurité, personne ne sera en sécurité.

QUE FAIRE POUR SOULIGNER LE 1ER MAI ?

  • Le Réseau pour le commerce juste organise une Journée nationale d’action en faveur d’un accès universel aux vaccins. Dites à votre député(e) fédéral(e) que vous réclamez la justice vaccinale pour tout le monde.
  • Le SCFP invite les membres et leaders communautaires, toutes régions confondues, à un webinaire sur la justice vaccinale mondiale. Le 11 mai 2022, participez à une discussion avec des experts en solidarité internationale sur la façon dont l’avarice des grandes compagnies pharmaceutiques perpétue la pandémie. Inscrivez-vous à scfp.ca/justice-vaccinale pour apprendre comment le Canada doit mettre fin à l’inéquité vaccinale.
  • Participez aux activités et aux manifestations organisées dans votre région.