Lors de sa réunion du mois de mars, le Conseil exécutif national (CEN) du SCFP a discuté de la violence sexiste et des autres formes de harcèlement et de discrimination qui se produisent dans notre syndicat.

Malgré les mesures et les outils considérables que le SCFP a mis en place au fil des ans, les membres continuent de subir de la violence sexuelle et sexiste et d’autres formes de harcèlement et de discrimination dans notre milieu syndical. 

En réponse à ces préoccupations graves et persistantes, le CEN a adopté une motion créant un Groupe de travail national pour un milieu syndical sécuritaire composé de femmes membres du CEN.

Le groupe de travail a commencé son travail la semaine dernière. Il entend examiner les outils existants et les procédures en place afin d’en identifier les lacunes. Il formulera des recommandations sur les changements et les ressources supplémentaires nécessaires pour assurer la sécurité des activités syndicales pour tous les membres, dans toutes les instances du syndicat.

Le groupe de travail s’est engagé à appliquer une optique diversifiée et intersectionnelle à ses travaux. Les commentaires des membres et l’expertise de ressources externes guideront son travail tout au long du processus.

Les membres du SCFP savent que la violence, le harcèlement et la discrimination nuisent gravement à la solidarité syndicale et causent un tort irréparable. Tant que nous ne sommes pas toutes et tous en sécurité, aucun d’entre nous n’est en sécurité.

Plus de détails sur les travaux du groupe de travail et l’implication des membres seront disponibles bientôt.