Cet automne, les membres du SCFP 3338 qui œuvrent à l’Université Simon Fraser (SFU) et les autres membres du Comité mixte des employés sur les pensions (EJPC) se prononceront sur une proposition de modifications à leur régime de retraite. Le conseil des employeurs du secteur public (PSEC) et le conseil d’administration ont déjà entériné la proposition, qui doit maintenant être ratifiée par les trois groupes d’employés de l’université (l’APSA, le SCFP 3338 et le Poly Party).

L’accord de modification améliore et sécurise les pensions pour permettre à tous les cotisants au régime de recevoir les prestations qui leur sont dues. En 2012, l’apport de modifications au régime avait entraîné huit mois de moyens de pression à la SFU.

« Il ne faut pas lâcher », résume la présidente du SCFP 3338, Fiona Brady Lenfesty. « Ce résultat, nous le devons à la détermination de nos membres et à nos efforts dans cette difficile ronde de négociations. »

L’administration universitaire et l’EJPC collaborent depuis dix-huit mois dans l’intérêt des syndiqués et de l’université. Leurs objectifs consistaient à bonifier les prestations de retraite et à fournir à tous les cotisants au régime un revenu de retraite fiable, tout en favorisant le recrutement et la rétention de personnel, sans oublier le maintien de la formule à prestations déterminées du régime et le respect de l’équité entre syndiqués. L’accord de modification s’est conclu dans un climat de bonne foi et de coopération entre les parties.

Dans les prochains mois, les cotisants au régime recevront de l’information sur l’accord de modifications pour qu’ils puissent en prendre connaissance et comprendre ses répercussions sur leur cas spécifique.