Si les hôpitaux d’Ottawa n’embauchent pas au moins 3 000 personnes, on assistera, au fil de la croissance et du vieillissement de la population, à une aggravation des temps d’attente aux urgences dans des hôpitaux comme le Campus Civic de l’Hôpital d’Ottawa, des pénuries de personnel sans précédent nourries par de nombreuses démissions, des postes vacants, des besoins croissants et un volume d’appels 9-1-1 plus élevé. C’est ce qu’a martelé le SCFP lors d’une conférence de presse aujourd’hui.

Le SCFP base son appel à l’embauche de 3 000 personnes dans les hôpitaux d’Ottawa sur les données gouvernementales et hospitalières disponibles. Les chiffres de Santé Ontario montrent en outre que le temps d’attente à l’urgence de l’Hôpital Civic d’Ottawa est supérieur à la moyenne provinciale, qui a constamment augmenté et se situe maintenant à 20,7 heures depuis l’arrivée au pouvoir des conservateurs de Doug Ford. Le temps d’attente moyen en Ontario a bondi de 47 pour cent dans la dernière année.

Les récentes fermetures temporaires à l’hôpital Montfort et aux hôpitaux d’Almonte, Perth-Smith’s Falls, Alexandria et Kemptville ne feront « que s’intensifier » sous l’actuelle stratégie de ressources humaines en santé du gouvernement provincial, ajoute le SCFP.

« Jusqu’à présent, le gouvernement provincial n’a pas démontré d’urgence d’agir ou d’engagement envers l’élaboration d’un plan de rétention de la main-d’œuvre hospitalière pour stabiliser la capacité de nos hôpitaux publics », a expliqué Dave Verch, infirmier auxiliaire autorisé (IAA) et vice-président principal du SCFP-Ontairo. « Cela l’obligerait à améliorer les conditions de travail dans le but de stopper l’hémorragie du personnel. On parle ici d’augmenter les salaires, d’ajouter des postes à temps plein et de diminuer la charge de travail. C’est seulement de cette manière qu’on arrivera à faire diminuer le nombre de démissions et que les hôpitaux n’auront plus à recruter autant de gens pour compenser un taux de roulement sans précédent et la complexification des besoins d’une population croissante et vieillissante. »

Le temps d’attente aux urgences entraîne des « retards de déchargement », personne n’étant disponible pour prendre en charge les patientes et patients arrivant en ambulance. Ces retards, conjugués à un manque de personnel paramédical et à l’augmentation du volume d’appels au 9-1-1, entraînent par la suite des pénuries critiques d’ambulances.

Partout en Ontario, la demande de services paramédicaux a augmenté de 40 pour cent au cours de la dernière décennie, en raison des pressions d’un système de santé sous-financé et d’une population vieillissante. La situation est plus dramatique à Ottawa, puisqu’en 2022 seulement, le volume d’appels a augmenté de 25 pour cent sans que la dotation en personnel suive ce rythme. 

Selon le SCFP 503, qui représente environ 600 ambulancières et ambulanciers paramédicaux à Ottawa, l’employeur doit embaucher 30 personnes annuellement au cours des quatre prochaines années pour maintenir un niveau de service adéquat. 

« Pour que les gens puissent obtenir une ambulance dans des délais raisonnables, le gouvernement ontarien doit investir suffisamment dans la dotation en personnel paramédical et la capacité hospitalière », résume Carrie Lynn Poole-Cotnam, secrétaire-trésorière du SCFP 503. « Le nombre élevé d’incidents “code zéro” au cours des dernières années démontre un besoin urgent de ressources supplémentaires, car le personnel ambulancier a du mal à répondre à la demande croissante. »

Pour empêcher la fermeture de salles d’urgence et d’autres unités dans les hôpitaux, mais aussi pour réduire le temps d’attente du personnel ambulancier pour décharger les passagères et passagers, le système a besoin de 46 000 employées et employés hospitaliers de plus à l’échelle de la province. Et cela n’est que pour compenser un taux de roulement du personnel hospitalier de 14,95 pour cent, le nombre très élevé de postes vacants dans les hôpitaux, les impacts de la COVID et de la COVID longue, et la complexification des besoins d’une population croissante et vieillissante.