Aujourd’hui, à la Chambre des communes, le gouvernement libéral a présenté des excuses formelles aux personnes gaies, lesbiennes et transgenres qui ont subi de la discrimination au fil des décennies, souvent de la part d’organismes fédéraux.

Le SCFP accueille favorablement ces excuses et rend hommage à la communauté LGBTBQI qui a dû exercer des pressions énormes pour les obtenir. D’anciens membres de la fonction publique fédérale, de l’armée et de la GRC ont intenté un recours collectif en raison de la discrimination et de la haine dont ils ont été victimes. Des milliers de Canadiens ont été harcelés, menacés et congédiés en raison de leur orientation sexuelle.

Gina McKay est présidente de la section locale 2348 et membre du Comité national du triangle rose du SCFP, en plus d’être représentante de la diversité au conseil exécutif du SCFP-Manitoba. Elle est venue de Winnipeg pour entendre les excuses en personne, au Parlement. Elle a reçu une invitation du gouvernement en reconnaissance de son militantisme en faveur de la cause des LGBTBQI, au sein du mouvement syndical et de sa communauté.

Elle estime que ces excuses constituent un pas important vers l’élimination de la discrimination et de l’oppression systémiques que subissent encore les personnes LGBTBQI.

« Pour pouvoir changer les choses, il faut d’abord reconnaître la souffrance vécue et affronter cette vérité. Les excuses nous encourageront à créer des espaces plus inclusifs et plus accueillants à la diversité, dans nos milieux de travail, nos syndicats et nos communautés », a-t-elle déclaré.

Gina McKay espère que les excuses du gouvernement fédéral viendront consolider les bases jetées par les militants syndicaux pour faire progresser les droits de nos membres.

« Les excuses mettent en lumière le besoin constant de faire progresser la diversité, l’inclusion et les clauses sur l’égalité dans nos conventions collectives et nos activités syndicales. Au-delà de ce constat, elles soulignent les changements sociopolitiques que nos élus, nos dirigeants et nos employeurs doivent encore faire. », a-t-elle expliqué.

Le gouvernement fédéral pourrait poser d’autres gestes pour rendre les communautés et les milieux de travail canadiens plus sécuritaires pour tous. Le SCFP demande au gouvernement fédéral de donner l’exemple en renforçant les lois, les politiques et les pratiques en milieu de travail, afin de mieux répondre aux besoins des travailleurs LGBTBQI. Le SCFP exhorte aussi Ottawa à collaborer avec les provinces et les municipalités afin de mieux financer les programmes sociaux et de santé disponibles dans les communautés canadiennes, particulièrement le financement des organismes sociaux qui se consacrent aux problématiques vécues par les jeunes LGBTBQI.

Selon Gina McKay, le SCFP a toujours été un chef de file en matière de justice sociale et politique au Canada et les excuses du gouvernement viennent stimuler nos efforts. « Les syndicats sont des leaders pour mettre en pratique les notions théoriques d’égalité, d’inclusion et de diversité. La poursuite de notre travail en vue de changer les choses et faire progresser l’égalité de tous les travailleurs passe d’abord par notre syndicat, car nous disposons déjà des outils pour ce faire », a-t-elle conclu.