Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

TRURO – Un nouveau rapport du vérificateur général de l’Ontario sonne l’alarme à propos du coût des projets de PPP pour les contribuables – et les libéraux de McNeil devrait en prendre bonne note.

Cet avertissement a été lancé aujourd’hui par Danny Cavanagh, président du SCFP-Nouvelle-Écosse. « Ce n’est que le dernier des nombreux vérificateurs généraux qui ont dit très clairement que ces prétendus ‘partenariats public-privé’ coûtent très cher aux contribuables », a-t-il précisé.

« En Ontario seulement, les PPP ont coûté au public au moins 8 milliards de dollars en dépenses inutiles au cours de la dernière décennie », selon leur comptable en chef.

M. Cavanagh affirme que les libéraux de McNeil devraient imposer immédiatement un moratoire sur les projets de privatisation et de PPP et révéler les coûts associés à tous les contrats de PPP qui sont maintenant inscrits aux livres, dont des douzaines d’écoles en PPP.

Le SCFP soutient depuis longtemps que lorsque la prestation des services est publique, la priorité est accordée à la qualité des services.  Avec les entreprises, la priorité va aux profits, ce qui entraîne soit un hausse des coûts, soit une diminution du personnel, des niveaux de service et de la sécurité.  « Le premier ministre prêche la rigueur financière.  On nous répète sans cesse qu’il n’y a pas d’argent pour les services, qu’il n’y a pas d’argent pour réduire la pauvreté. Nous devons sabrer partout pour réduire le déficit.  Mais si l’on rendait publique toute l’information sur les projets de PPP réalisés ici, nous sommes convaincus que la même mise en garde qui a été servie à l’Ontario s’appliquerait chez nous. Les restrictions budgétaires ne devraient-elles pas commencer par là? », demande Danny Cavanagh.

Le SCFP est le syndicat des collectivités en Nouvelle-Écosse.  Il compte 19 000 membres qui offrent des services publics de qualité sur lesquels nous comptons tous chaque jour, dans toutes les régions de la province.