Le syndicat crée de nouvelles bases pour favoriser des emplois stables et offrir de meilleurs soins

Après avoir subi des attaques soutenues pendant toute une génération, les travailleuses et travailleurs de la santé, le Syndicat des employés d’hôpitaux (SEH) et la division des services du SCFP-Colombie-Britannique ont retrouvé des mesures de protection de sécurité d’emploi cruciales pour la grande majorité des membres du SEH.

« Brique par brique, nous allons bâtir de nouvelles bases qui pourront soutenir la stabilité des emplois des employés en leur permettant d’offrir de meilleurs soins à la population de la Colombie-Britannique », a déclaré Jennifer Whiteside, secrétaire et agente d’affaires du SEH.

Depuis plus d’une décennie et demie, des dizaines de milliers d’employés ont perdu leur emploi chaque fois que les services de santé étaient confiés à des sous-traitants ou à des entreprises privées à but lucratif, ou lorsque ces contrats étaient transférés à d’autres mains.

Les licenciements en masse, qui ont nui aux employés des services de soutien des hôpitaux et aux employés de soutien et de soins des foyers pour personnes âgées de la province, ont été facilités par des lois promulguées par le gouvernement libéral de la Colombie-Britannique, en 2001 et 2003.

Le projet de loi 29et le projet de loi 94 interdisaient aux travailleuses et travailleurs de la santé d’exercer leurs droits de succession en vertu du Code des relations de travail et éliminaient les clauses visant à empêcher la sous-traitance dans les sous-sections des conventions collectives des établissements.

Mais depuis le début de l’année 2019, la situation a changé pour le syndicat en ce qui concerne la sécurité d’emploi pour les membres du SEH, selon Jennifer Whiteside.

« Nous traversons une période d’instabilité politique et économique. Nos membres ont besoin de savoir qu’ils peuvent compter sur des emplois stables, et que leur syndicat utilise tous les outils possibles pour rendre leurs emplois sécuritaires. »

Elle a dit qu’un tournant décisif est survenu il y a 18 mois.

C’est arrivé alors que les 4000 membres du syndicat du secteur des services de soutien contractuels ont gagné une entente pour protéger les emplois des travailleurs - et leur représentation syndicale - lorsque les contrats d’entreprise ont changé de mains.

« C’était la première brique de notre nouveau fondement », a dit Jennifer Whiteside. « Cela a envoyé un message très fort aux autorités de santé selon lequel la période de congédiements massifs, sans aucune mesure de protection, est maintenant derrière nous. »

Ensuite, vers la fin de 2018, le gouvernement néo-démocrate de la province a tenu sa promesse de longue date aux membres du SEH, soit qu’il allait annuler les projets de loi 29 et 94.

Avec l’adoption de la Loi sur l’abrogation des lois du secteur de la santé (projet de loi 47), les clauses sur les droits d’accès à la succession des employés de la santé en vertu du Code des relations de travail de la C.-B. ont été rétablies. Avec ces mesures de protection en place, les travailleurs ne risquent plus de perdre leur convention collective ni leur statut de membre du syndicat lorsqu’une entreprise est vendue ou qu’un service est transféré à une autre entreprise.

Par ailleurs, les membres du SEH de l’Association de négociation ont réussi à obtenir de nouveau les mesures de protection contre la sous-traitance qui avaient été éliminées 16 ans plus tôt par les libéraux de la Colombie-Britannique.

La nouvelle convention collective de la Facilities Bargaining Association (FBA) a également établi un processus et des lignes directrices pour le gouvernement, les employeurs du secteur de la santé et le syndicat afin d’examiner la possibilité de retourner les services confiés en sous-traitance au contrôle direct des autorités de santé.

« Et maintenant, avec la récente loi qui modifie le Code du travail de la province, les mesures de protection des droits de succession des travailleurs de la santé ne sont plus limitées aux situations où une entreprise a été vendue ou transférée », a expliqué Jennifer Whiteside.

Ces mesures de protection ont été élargies pour couvrir les travailleuses et travailleurs de la santé et d’autres personnes qui subissent des transferts de contrat.

« Tous ces changements fournissent l’élan dont nous avons besoin pour continuer à aller de l’avant. Au cours des prochains mois, nous continuerons de nous efforcer de retourner les services de soutien contractuels sous le contrôle direct des autorités de la santé de Colombie-Britannique », a dit Whiteside.

« Et dans notre secteur des soins de longue durée, nous allons mettre l’accent sur la façon de reconstruire une norme standard commune pour les employés et des normes pour les soins offerts aux personnes âgées. »


Cet article est tiré du journal du SEH, The Guardian, édition du printemps 2019. Vous pouvez lire le journal en entier (en anglais seulement) et consulter les numéros précédents à heu.org/the_guardian