Le SCFP continue de soutenir les communautés autochtones de tout le Canada alors que celles-ci pleurent la découverte de tombes anonymes sur les anciens sites des pensionnats, partout au pays. Tout dernièrement, la Première Nation Cowessess a découvert les restes de 751 enfants près du pensionnat autochtone de Marieval, en Saskatchewan.

L’ancien sénateur Murray Sinclair, qui a présidé la Commission de vérité et réconciliation (CVR), a prévenu la population canadienne de se préparer à d’autres tragiques découvertes, puisque le nombre de sites faisant l’objet de fouilles est en hausse. La découverte des tombes confirme ce que les survivantes et survivants des pensionnats ont raconté devant la commission, des témoignages qui ont été consignés dans le rapport final de la CVR.

Ces lieux de sépulture doivent être protégés et faire l’objet d’une enquête appropriée, selon les volontés des communautés autochtones.

Le gouvernement fédéral sait depuis longtemps que des milliers d’enfants sont morts alors qu’ils fréquentaient les pensionnats. Au-delà des excuses et des déclarations sincères, le fédéral doit prendre des mesures concrètes, en commençant par mettre en œuvre les recommandations de la CVR qui portent sur les enfants disparus et les informations concernant les sépultures.

Le gouvernement Trudeau devrait de plus mettre fin immédiatement à la bataille judiciaire qu’il mène contre les enfants des Premières Nations depuis que le Tribunal canadien des droits de la personne a rendu une décision qui lui est défavorable, en 2016. L’État doit aussi appliquer les recommandations de la CVR, tel qu’il promet de le faire depuis 2015.

Une ligne de crise nationale relative aux pensionnats autochtones a été mise sur pied pour fournir un soutien aux anciens élèves et aux personnes touchées par les événements récents. Des services sont offerts 24 heures sur 24 au 1-866-925-4419 pour partager vos émotions ou pour obtenir des références en cas de crise.