Des membres du Groupe des infirmières engagées ont célébré la Journée internationale des droits des femmes le 8 mars 2022 à Maniche, une commune de l’arrondissement des Cayes, au sud d’Haïti. Le rassemblement était organisé par la Confédération des travai
Des membres du Groupe des infirmières engagées ont célébré la Journée internationale des droits des femmes le 8 mars 2022 à Maniche, une commune de l’arrondissement des Cayes, au sud d’Haïti. Le rassemblement était organisé par la Confédération des travailleurs et travailleuses des secteurs publics et privés (CTSP). Photo : Stylepam Photography

Cette année, le SCFP a continué d’être solidaire des travailleuses, des travailleurs et de leurs communautés dans de nombreux pays. Nous avons aussi consolidé des partenariats à long terme par l’entremise de notre Fonds pour la justice mondiale. Ce fonds est l’une des façons dont notre syndicat soutient les mouvements mondiaux pour les droits de la personne, la protection des travailleuses et des travailleurs, la paix et la justice.

Grâce à lui et à nos relations avec les travailleuses et travailleurs du monde entier, nous soutenons les syndicats et les mouvements sociaux qui organisent les plus opprimés et les plus marginalisés d’entre nous. Ces projets offrent aux membres du SCFP la possibilité de tisser des liens avec des travailleuses et des travailleurs du monde entier. Le SCFP est fier d’appuyer des projets qui permettent à ses membres d’entrer en contact avec des militantes et des militants qui s’opposent à la violence et à la guerre, défendent leurs droits territoriaux et réclament des emplois décents, des services publics forts, des salaires suffisants et des lieux de travail sécuritaires. Ces gens ont des leçons à nous enseigner.

Les sommaires qui suivent présentent les projets en cours du Fonds pour la justice mondiale du SCFP qui permettent aux membres du SCFP de favoriser la solidarité internationale.

Birmanie

Soutien aux personnes et aux organisations qui défendent les droits des femmes

Commanditaire du projet : section locale 2440

Organisation partenaire : Union des femmes tavoyanes

Ce projet appuiera les travaux de l’Union des femmes tavoyanes (UFT) visant à répondre aux besoins des militantes et des militants des droits des femmes en Birmanie. En raison du contexte politique, les leaders de l’UFT sont victimes de répression, ce qui nuit à leur travail.

Dans la foulée du coup d’État de février 2021, l’UFT a déménagé son quartier général pour des questions de sécurité. Elle a aussi réorganisé ses travaux pour soutenir les jeunes militantes et militants ainsi que les personnes déplacées à l’intérieur du pays. Elle a aussi fait de la documentation des violations des droits de la personne une priorité. L’UFT participe au dialogue politique national ; elle concentre ses efforts sur la construction de plateformes politiques nationales et régionales, le réseautage avec des organisations internationales et la collecte de fonds pour financer ses travaux.

Canada

Solidarité avec les travailleuses et les travailleurs migrants : Mettons fin au trafic de la main-d’œuvre ! Régularisons leur statut !

Commanditaire du projet : section locale 40

Organisation partenaire : Migrante Canada

Ce projet aidera Migrante Canada à organiser des ateliers sur la situation des travailleuses et des travailleurs étrangers temporaires au Canada. Ces ateliers cibleront les communautés migrantes, racisées, à faible revenu et précaires, ainsi que les travailleuses et les travailleurs sans papiers ou statut, en préconisant la fin du trafic de la main-d’œuvre et la régularisation des travailleuses et des travailleurs migrants par l’octroi d’un statut d’immigration officiel.

Migrante Canada est une alliance pancanadienne d’organisations de personnes migrantes et immigrantes philippines qui se concentre sur les droits et le bien-être des travailleuses et des travailleurs migrants, ainsi que sur les conditions qui forcent la migration mondiale.

Ce projet permettra aux membres du SCFP de mieux comprendre qui sont les personnes migrantes sans papiers ou statut, pourquoi elles n’en ont pas, ainsi que les défis et les obstacles auxquels elles font face. L’objectif est de renforcer la capacité des membres du SCFP à s’exprimer et à agir en tant qu’alliés, y compris dans la revendication de politiques en faveur du statut d’immigrant permanent pour l’ensemble des travailleuses et des travailleurs migrants.

Amérique centrale

Outiller les travailleuses des ateliers de misère : stratégies régionales pour des lieux de travail sans violence

Commanditaire du projet : Syndicat des employés d’hôpitaux (SEH)

Organisation partenaire : Réseau des femmes d’Amérique centrale en solidarité avec les travailleuses des maquilas (le Réseau)

Ce projet aidera le Réseau à renforcer la capacité politique de ses organisations membres. Il permettra aussi de parfaire les connaissances des participantes sur les causes des accidents de travail et des maladies professionnelles, tout en mettant l’accent sur la prévention et les lois qui devraient protéger les travailleuses.

Le Réseau est une coalition centroaméricaine qui réunit sept organisations de défense des droits des femmes, particulièrement ceux des travailleuses des maquilas (ateliers de misère). Le Réseau plaide en faveur de politiques nationales et régionales qui s’attaquent aux causes profondes des violations des droits du travail auxquelles les travailleuses des maquilas sont confrontées.

En tissant des liens entre les organisations de femmes de quatre pays, le Réseau donne aux revendications de celles-ci un plus grand impact régional. Unies, ces travailleuses des maquilas peuvent influencer les politiques centraméricaines en matière de travail et d’investissement. Elles compliquent aussi la tâche des entreprises transnationales qui cherchent à se soustraire à leurs responsabilités envers les travailleuses en s’installant dans un pays voisin.

Colombie

Œuvrer pour la paix et les droits de la personne

Commanditaire du projet : SCFP-Colombie-Britannique

Organisation partenaire : NOMADESC (Association pour la recherche et l’action sociale)

Ce projet soutiendra les efforts de NOMADESC auprès des communautés paysannes, autochtones et afro-colombiennes du sud-ouest de la Colombie. NOMADESC forme des défenseuses et des défenseurs des droits de la personne à l’échelle locale et accompagne les communautés qui cherchent à obtenir justice pour les violations des droits de la personne dans la région.

Les communautés noires, autochtones et paysannes font face à une vague de violence extrême. Les communautés où NOMADESC œuvre et organise subissent des violations croissantes des droits de la personne. Pendant le confinement dû à la COVID, la police a utilisé le couvre-feu comme excuse pour cibler les militantes et militants. Sachant que les militantes et militants ne pouvaient pas prendre les précautions habituelles, les forces paramilitaires ont commencé à les traquer chez eux.

Le projet vise à éduquer les membres du SCFP sur la répression à laquelle sont confrontés les mouvements ouvriers et sociaux colombiens, ainsi qu’à mettre en lumière les luttes que les militantes, les militants et les communautés colombiennes mènent pour riposter.

Colombie

Bâtir des alliances syndicales-communautaires pour défendre l’eau publique

Commanditaires du projet : SCFP-Nouvelle-Écosse, SCFP-Terre-Neuve-et-Labrador

Organisation partenaire : SINTRACUAVALLE

Ce projet renforcera la campagne d’éducation citoyenne de SINTRACUAVALLE pour mobiliser la population contre la privatisation de l’eau. Il aidera aussi le syndicat à poursuivre l’organisation des travailleuses et travailleurs du secteur de l’eau.

SINTRACUAVALLE est le syndicat du personnel du seul fournisseur public d’eau en Colombie. ACUAVALLE dessert plus de 700 000 usagers dans 36 municipalités de la province de Valle del Cauca. Les dirigeantes, les dirigeants et les membres de SINTRACUAVALLE mènent une lutte courageuse contre la privatisation de l’eau, sans se laisser décourager par les menaces et la violence.

Le projet encourage les membres de la société civile, les consommatrices et les consommateurs d’eau, les syndicats et les organisations non gouvernementales et sociales à développer des actions conjointes avec les travailleuses et les travailleurs de l’eau membres de SINTRACUAVALLE.

Cuba

Renforcer la solidarité au-delà des frontières

Commanditaire du projet : SCFP-Colombie-Britannique

Organisation partenaire : Syndicat provincial des travailleurs et travailleuses de l’administration publique - La Havane, Cuba (SPTAPH), une composante du syndicat national SNTAP.

Ce projet renforcera la solidarité et le pouvoir du syndicat de trois manières, notamment en expédiant des fournitures essentielles qui sont difficiles à obtenir à Cuba en raison de l’embargo commercial imposé par les États-Unis. Le projet a aussi pour objectif de faciliter les échanges entre le SCFP et le SNTAP sur les stratégies à adopter pour obtenir des changements transformateurs dans les lieux de travail et la société. La troisième partie du projet soutient la formation en santé et sécurité au travail des déléguées et délégués syndicaux des membres municipaux du SNTAP La Havane.

La pandémie de COVID-19 a retardé ce projet considérablement. L’embargo américain a également grandement compliqué les choses, l’administration Trump ayant ajouté 240 mesures restrictives avant et pendant la pandémie. L’administration Biden a maintenu ces nouvelles mesures.

Guatemala

S’organiser pour la justice dans les communautés rurales

Commanditaires du projet : SCFP-Île-du-Prince-Édouard, section locale 3260

Organisations partenaires : le Maritimes-Guatemala Breaking the Silence Network (réseau BTS) et le Comité campesino des hautes terres (CCDA)

Ce projet va soutenir et renforcer la solidarité avec la lutte pour les droits fonciers et les droits de la personne des communautés autochtones mayas du Guatemala, et permettra aux membres du SCFP de tisser des liens avec ce mouvement. Ce projet aidera aussi les dirigeantes et dirigeants communautaires du Guatemala à parfaire leurs connaissances et leurs compétences, dans le but à long terme de bâtir des communautés rurales durables qui détiennent les titres de propriété de leurs terres.

Le Comité campesino des hautes terres (CCDA) défend les droits des travailleuses et des travailleurs des grandes plantations de café, de sucre et de coton. Le CCDA s’efforce aussi de récupérer les terres volées aux communautés mayas au cours des siècles et de promouvoir la culture et la spiritualité mayas. La défense du droit à l’eau est une autre priorité du CCDA. Une centaine de communautés dans 11 provinces guatémaltèques sont membres du CCDA.

Le projet vise à renforcer la solidarité entre les membres du SCFP et les communautés guatémaltèques sur les questions de droits fonciers et de droits de la personne, en plus de soutenir les initiatives déjà en place en matière de droits de la personne.

Haïti

Renforcer le secteur de l’éducation haïtien

Commanditaire du projet : SCFP-Québec

Organisation partenaire : Confédération des travailleurs et des travailleuses des secteurs public et privé (CTSP)

Ce projet permettra à la CTSP de poursuivre ses efforts de syndicalisation dans le but d’accroître la capacité de ses syndicats du secteur de l’éducation et de mettre sur pied la nouvelle Fédération nationale des syndicats de l’éducation (FENASE).

La CTSP se bat pour l’accessibilité et la qualité des services publics en Haïti. Elle s’est engagée à former les membres du syndicat et à défendre les intérêts des travailleuses et des travailleurs du pays. Elle participe aux enjeux nationaux et représente ses membres au niveau national. Elle entreprend aussi des campagnes régionales de formation et de sensibilisation dans tous les secteurs d’activité.

La FENASE est une nouvelle addition au CTSP. Il s’agit d’une importante fédération de syndicats de l’éducation de plusieurs villes provinciales.

Honduras

Les travailleuses des ateliers de misère défendent leurs droits

Commanditaires du projet : Syndicat des employés d’hôpitaux (SEH) ; SCFP Colombie-Britannique

Organisation partenaire : CODEMUH (Collectif des Honduriennes)

Ce projet soutient les efforts d’organisation du CODEMUH qui visent à améliorer les conditions de travail et de santé-sécurité des travailleuses des ateliers de misère (maquilas) dans les zones franches du Honduras. Il soutient les campagnes du CODEMUH pour mettre fin à la violence et au harcèlement en milieu de travail, ainsi que pour défendre les droits fondamentaux du travail.

Le CODEMUH est un organisme communautaire féministe qui lutte contre la violence basée sur le sexe, en plus de s’attaquer à la violence et à la santé-sécurité dans le secteur manufacturier et les usines textiles. Il offre aux travailleuses de la formation et du soutien aux plans organisationnel, médical et juridique.

Le projet sensibilisera la population canadienne à la situation des femmes au Honduras, en particulier celles qui travaillent dans les zones franches. Cela permettra aussi aux membres du SCFP de soutenir leur lutte et d’en tirer des leçons.

Nicaragua

Les travailleuses des ateliers de misère défendent leurs droits

Commanditaire du projet : SCFP-Colombie-Britannique

Organisation partenaire : MEC (Mouvement María-Elena-Cuadra des femmes employées et sans emploi)

Ce projet aide le MEC à poursuivre ses activités et continuer à lutter contre la violence basée sur le sexe en milieu de travail. Le MEC renforce la capacité des travailleuses des maquilas (ateliers de misère) à défendre leurs droits grâce à l’éducation, la formation, la revendication et au soutien juridique. Ces travailleuses sont basées à Managua, Ciudad Sandino et Tipitapa. Le MEC œuvre spécifiquement auprès des femmes dans les zones franches du Nicaragua, des travailleuses à domicile et des petites agricultrices.

Le MEC aidera les femmes en situation vulnérable à accéder à la justice et à exercer leurs droits du travail et de la personne. Il fournira aussi des soins psychosociaux et un suivi auprès des victimes et des survivantes de violence.

Le projet fournira également des services-conseils et un accompagnement spécialisé à l’équipe du MEC pour éviter l’épuisement professionnel. Cet épuisement est directement lié à l’augmentation des demandes d’aide émanant de la population, notamment en raison des traumatismes associés à la crise sociopolitique qui perdure au Nicaragua.

Philippines

Renforcer le militantisme des travailleuses et des travailleurs de l’éducation au sein de leur section locale

Commanditaires du projet : SCFP-Ontario, section locale 4600

Organisation partenaire : Alliance des enseignantes et enseignants inquiets (ACT)

Ce projet soutiendra les travaux de l’ACT visant à organiser les enseignant(e)s, les travailleuses et les travailleurs philippins, et à militer en faveur de leurs droits et de leur qualité de vie. Il augmentera la capacité de l’ACT à organiser de nouveaux membres, à faire campagne pour une augmentation des salaires et à faire respecter les droits syndicaux, notamment le droit de former une association, de négocier collectivement et de mettre en œuvre les conventions collectives.

L’ACT continuera de faire campagne pour les droits de la personne, en particulier dans les communautés autochtones, et de réclamer la fin du harcèlement des syndicalistes par le gouvernement. Les mouvements sociaux, les syndicats, les médias, les agriculteurs et agricultrices et les organisations autochtones sont toujours la cible des politiques et des actions répressives du gouvernement philippin. Les restrictions liées à la COVID-19 ont entraîné une escalade de la surveillance, du harcèlement, de l’intimidation, des menaces et même l’assassinat de nombreuses personnes qui critiquent le gouvernement.

Philippines

Pour un salaire minimum et la fin du travail précaire dans le secteur public

Commanditaires du projet : SCFP-Saskatchewan, section locale 4600

Organisation partenaire : Confédération pour l’unité, la reconnaissance et l’avancement des employés gouvernementaux (COURAGE)

Ce projet soutiendra les efforts de COURAGE en faveur d’un salaire minimum national et d’une loi qui mette fin au travail précaire dans le secteur public. COURAGE travaille à la mise en place d’un vaste mouvement ouvrier pour faire avancer ces luttes par l’éducation et l’information, le lobbyisme, les manifestations, la création d’alliances et la solidarité internationale.

COURAGE rassemble plusieurs syndicats du secteur public philippin. Comme d’autres mouvements sociaux et syndicats aux Philippines, COURAGE a été la cible de la violence, du harcèlement et de l’intimidation du gouvernement.

Le SCFP est aux côtés des travailleuses et travailleurs du monde entier qui se battent contre l’exploitation, la privatisation, la pauvreté, l’austérité, la corruption et la guerre. La résistance collective et coordonnée est le seul moyen d’obtenir justice et dignité.

Si votre section locale souhaite soutenir le Fonds pour la justice mondiale du SCFP et le travail de notre syndicat en matière de solidarité internationale, visitez le scfp.ca/solidarite-internationale ou communiquez avec la conseillère en solidarité internationale Kelti Cameron à l’adresse kcameron@scfp.ca.