Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

TRURO – Le SCFP-Nouvelle-Écosse soutient qu’une décision sur le projet de loi 1 rendue par le médiateur James Dorsey a, à tout le moins, ouvert la porte à la présentation d’une explication sur ce que le gouvernement entend faire pour rendre la loi conforme à la Constitution.

« Danfae Dans sa motion présentée à M. Dorsey, le SCFP lui demandait d’entendre des arguments sur les façons d’interpréter le projet de loi 1 pour en assurer la conformité à la Constitution.  M. Dorsey nous a informés qu’il était prêt à entendre les arguments de nos avocats sur notre motion », a expliqué Wayne Thomas, coordonnateur du secteur des soins de courte durée au SCFP.

« Ce sont des nouvelles encourageantes pour nos membres du secteur de la santé, s’est réjoui Danny Cavanagh, président du SCFP-Nouvelle-Écosse. Le médiateur nous a ouvert la porte et nous allons certainement en profiter.  Il nous a demandé de présenter nos arguments d’ici le 27 novembre et nos avocats se sont immédiatement mis à la tâche. »