​Stella Yeadon | Service des communications du SCFP

Si vous êtes traité dans un hôpital au Canada, vous recevrez probablement des soins d’un niveau très élevé, sauf en Ontario. Un récent rapport du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO-SCFP) examine le financement, la dotation en personnel, les soins infirmiers et les réadmissions dans cette province et les compare avec le reste du pays. Il révèle que, toute proportion gardée, l’Ontario accorde jusqu’à 4,8 milliards de dollars de moins à ses hôpitaux que les autres provinces.

« Ce manque à gagner de 4,8 milliards de dollars se traduit par une diminution de six heures de soins par patient par année. Les séjours radicalement réduits dans les hôpitaux ontariens entraînent des taux de réadmissions considérablement plus élevés qu’ailleurs au pays », a affirmé le président du CSHO, Michael Hurley.

Se fondant sur des données de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), le rapport Fewer Hands, Less Hospital Care (Moins de personnel, moins de soins) montre que l’Ontario accuse un retard considérable sur les autres provinces depuis l’élection des libéraux en 2003, surtout depuis le début de leur politique d’austérité en 2010.

Selon l’ICIS, le gouvernement ontarien accorde aux hôpitaux un financement par habitant de 1395,73 dollars. Ailleurs au Canada, on y consacre 1749,69 dollars par habitant. En somme, les gouvernements des autres provinces et territoires dépensent 353,96 dollars de plus par personne pour leurs hôpitaux, soit 25,3 pour cent de plus. Selon ce rapport, si le financement équivalait à la moyenne du Canada, on aurait 45 500 employés de plus dans les hôpitaux de l’Ontario, dont 15 200 infirmières.

En collaboration avec des leaders locaux du secteur hospitalier, le CSHO a diffusé le rapport Fewer Hands, Less Hospital Care dans près de deux douzaines de localités en Ontario.