Le SCFP salue la décision de la Ville de Rimouski de gérer elle-même son nouveau complexe sportif Desjardins. Le SCFP souligne que tous les arguments convergeaient vers ce choix, que ce soit en termes de transparence, d’expertise interne ou de retombées économiques locales.

« Les employés cols bleus de Rimouski sont très fiers de prendre en charge l’exploitation du centre. Ils entendent donner de l’excellent service à la population. Pour les contribuables, c’est une décision rationnelle, basée sur l’efficacité. On parle d’une infrastructure centrale à la mission de la Ville, qui doit en garder le plein contrôle, en toute transparence », a déclaré Yanick Proulx, conseiller syndical au SCFP.

« Au cours des six derniers mois, nous avons travaillé en étroite collaboration avec la direction des travaux publics et la direction des ressources humaines pour permettre ce scénario. Les discussions ont principalement eu lieu au nouveau comité de valorisation de l’expertise interne, mis en place à la signature de la convention collective 2016-2022, la première pour les cols bleus avec le SCFP », a précisé le conseiller syndical.

En tant que plus grand syndicat du monde municipal au Québec et au Canada, le SCFP documente depuis des décennies les risques et les dérapages de la privatisation et des PPP. Ses études démontrent que la gestion à l’interne permet un maximum de transparence et de reddition de comptes, et réduit à zéro le risque de collusion et de corruption.

Le SCFP rappelle aussi que les bonnes conditions de travail des employés maximisent les retombées positives pour l’économie locale.

Le syndicat des cols bleus de Rimouski, section locale 5275 du SCFP, représente environ 150 employés.