Le 8 septembre est la Journée internationale de l’alphabétisation. Le SCFP estime que l’alphabétisation et la formation sont des droits fondamentaux pour les travailleurs et pour tout le monde.

Nous sommes confrontés à des changements importants dans nos milieux de travail et dans nos vies. Dans ce contexte, l’alphabétisation et les compétences deviendront de plus en plus importantes.

Des tendances comme la mondialisation, la numérisation et les changements démographiques sont en train de modifier le travail, les collectivités, le fonctionnement de la société et les interactions entre les gens. Le SCFP demande au gouvernement fédéral d’investir dans l’alphabétisation. 

L’alphabétisme, ce n’est pas seulement savoir lire et écrire. C’est aussi la capacité d’apprendre, de résoudre des problèmes et de penser de manière critique. C’est aussi la capacité d’obtenir de l’information et d’utiliser les outils nécessaires pour comprendre et analyser cette information. L’alphabétisation nous aide à réaliser nos objectifs de vie et à répondre aux exigences de communication au travail, à la maison et dans la collectivité.

L’alphabétisation est une part essentielle d’une société instruite et éduquée. Une bonne alphabétisation et des compétences essentielles contribuent à la participation citoyenne, à la santé de la population, à une économie forte, et à de bons emplois.

Même si les compétences en alphabétisme sont au-dessus de la moyenne au Canada, la population aux niveaux les plus bas a augmenté au cours de la dernière décennie. L’alphabétisation est donc clairement une question fondamentale pour l’égalité sociale et économique. Nous avons besoin d’une vision pour veiller à ce que tous aient les compétences nécessaires pour répondre aux défis et aux possibilités dans un monde complexe en évolution.

Grâce au leadership du gouvernement fédéral, nous pouvons élaborer des politiques, augmenter le financement et coordonner une conversation nationale.

Le Canada doit :

  • Élaborer une politique nationale de l’alphabétisation pour perfectionner les programmes d’alphabétisation au Canada. Bien que les provinces et les territoires offrent de tels programmes, le gouvernement fédéral a un rôle essentiel à jouer dans l’établissement d’un cadre pancanadien. Le gouvernement fédéral peut faciliter la coordination entre les gouvernements, et avec les autres intervenants, afin de pouvoir exploiter à fond le potentiel de chacun.
  • Financer l’alphabétisation afin de favoriser l’innovation, de partager les meilleures pratiques et de soutenir des programmes d’alphabétisation accessibles et abordables pour tous les adultes qui en ont besoin. Le gouvernement fédéral actuel a pris des mesures pour négocier avec les provinces et les territoires la mise sur pied de programmes d’alphabétisation et d’apprentissage de compétences essentielles pour les personnes au travail et au chômage. Mais il faut faire bien davantage.
  • Mettre en œuvre les engagements internationaux du Canada en matière d’éducation des adultes, y compris le Cadre d’action Éducation 2030 de l’UNESCO (2015), les recommandations en matière de développement de l’éducation des adultes (2015) et le Cadre d’action de Belém (2009).
  • Lancer des conversations sur l’apprentissage continu afin de permettre à tous les adultes d’apprendre dans un milieu sécuritaire et positif, tout en réduisant la stigmatisation et en favorisant le succès. Nous devons accroître l’accès aux technologies et aux outils d’apprentissage pour utiliser ces technologies. Les programmes d’alphabétisation au travail, les activités d’alphabétisation en famille, les programmes communautaires et un soutien financier et social donneront à chacun la possibilité d’apprendre.