Le 8 septembre est la Journée internationale de l’alphabétisation. Le SCFP estime que l’alphabétisation et la formation sont des droits fondamentaux pour les travailleurs et pour tout le monde.

Nous sommes confrontés à des changements importants dans nos milieux de travail et dans nos vies. Dans ce contexte, l’alphabétisation et les compétences deviendront de plus en plus importantes.

Des tendances comme la mondialisation, la numérisation et les changements démographiques sont en train de modifier le travail, les collectivités, le fonctionnement de la société et les interactions entre les gens. La pandémie nous a aussi amené son lot de nouvelles problématiques, qui accentuent les défis déjà présents, notamment au niveau de l’usage des outils de communication et de la technologie.  

L’alphabétisme, ce n’est pas seulement savoir lire et écrire. C’est aussi la capacité d’apprendre, de résoudre des problèmes et de penser de manière critique. C’est aussi la capacité d’obtenir de l’information et d’utiliser les outils nécessaires pour comprendre et analyser cette information. L’alphabétisation nous aide à réaliser nos objectifs de vie et à répondre aux exigences de communication au travail, à la maison et dans la collectivité.

L’alphabétisation est une part essentielle d’une société instruite et éduquée. Une bonne alphabétisation et des compétences essentielles contribuent à la participation citoyenne, à la santé de la population, à une économie forte, et à de bons emplois.

Même si les compétences en alphabétisme sont au-dessus de la moyenne au Canada, la population aux niveaux les plus bas a augmenté au cours de la dernière décennie. L’alphabétisation est donc clairement une question fondamentale pour l’égalité sociale et économique. Nous avons besoin d’une vision pour veiller à ce que tous aient les compétences nécessaires pour répondre aux défis et aux possibilités dans un monde complexe en évolution.