En tant qu’organisations progressistes, diversifiées et engagées appuyant l’égalité, l’équité, la solidarité, la justice sociale et les changements sociaux positifs, les syndicats démocratiques développeront et approfondiront, au-delà des frontières, leur travail et leur coopération en matière de droits des personnes LGBT.

Avec nos nombreux alliés et forts de la proclamation, de la déclaration et de la reconnaissance des droits des personnes LGBT par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies en 2011, ainsi que des encouragements que prodigue la Commission des droits de l’homme des Nations Unies aux pays en infraction afin qu’ils adoptent des lois protégeant les droits fondamentaux des personnes LGBT, nous allons exercer des pressions, par l’entremise de nos alliés démocratiques, pour inciter les pays et les gouvernements du monde entier à respecter les droits de ces personnes et à enchâsser ces droits dans leurs lois.

Le mouvement syndical international est fortement engagé envers la concrétisation de tous les droits de la personne et la promotion de l’égalité et de la solidarité au sein des syndicats et de la société. Les syndicats jouent un rôle important dans la promotion des droits de la personne et de l’inclusion sociale des gais, des lesbiennes et des personnes bisexuelles, transgenres, bispirituelles et intersexuées, au travail comme dans la société en général.

D’importants progrès ont été réalisés au cours des dernières décennies, mais, dans certains contextes, il faut encore combattre les préjugés et l’ignorance. Dans d’autres contextes, on constate l’apparition d’embuches que peu de gens auraient pu anticiper il y a quelques années. Les syndiqués travaillent et vivent dans trop de pays où on criminalise l’homosexualité et les relations entre conjoints de même sexe, et où les personnes transgenres sont trop souvent victimes de violence, y compris au travail.

Nous appelons aussi à l’élargissement de notre solidarité aux migrants et aux réfugiés qui vivent trop souvent plusieurs types de discrimination, alors qu’ils devraient être accueillis. En parallèle, nous appelons à la paix et à la justice pour tous, ainsi qu’à la fin du paradigme néolibéral qui fait passer les profits avant les citoyens.

Nous souhaitons souligner que le VIH affecte la communauté LGBT de manière disproportionnée. Nous recommandons que cette conférence fasse la promotion de la recommandation n° 200 et de la convention n° 111 de l’Organisation internationale du travail, et qu’elle travaille à leur mise en œuvre. Nous réclamons l’accès aux services publics partout dans le monde, y compris à des soins de santé publics pour l’ensemble de la communauté et à des services publics qui répondent aux besoins de la communauté LGBT relativement au VIH et aux services médicaux adaptés à la diversité des genres. Nous appelons à la fin de la discrimination en matière d’accès aux services publics.

Nous nous engageons à encourager encore plus toutes les initiatives régionales et mondiales en lien avec la protection et la consolidation des droits des personnes LGBT dans l’environnement professionnel, ainsi qu’à informer toutes les parties concernées afin de lutter inclusivement contre toutes les formes d’ignorance, de préjugé et de discrimination. Nous accueillons favorablement l’émergence de nouveaux réseaux régionaux, entre autres dans les pays arabes du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, ainsi que dans les Caraïbes, et nous continuerons à chercher des modes de collaboration.

Le mouvement syndical a toujours soutenu les rassemblements mondiaux comme les OutGames. Il y voit une importante occasion de réseautage et d’autonomisation. Par exemple, l’Internationale des services publics se sert de cet événement comme plateforme pour renforcer et élargir son réseau de syndicalistes et d’alliés LGBT.

Nous exhortons les syndicats du monde entier à organiser des activités autour de la Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie (17 mai).

Cette déclaration est appuyée par le Syndicat canadien de la fonction publique, le Caucus lavande du Service Employees International Union et l’Internationale des services publics.