Les deux tiers des électeurs du comté d’Essex jugent que les maires membres du conseil du comté gèrent mal la grève dans les bibliothèques. La moitié d’entre eux affirme que cela influencera leur choix aux prochaines élections. Ces données proviennent d’un nouveau sondage Environics publié aujourd’hui.

La grève qui garde toutes les bibliothèques du comté fermées depuis plus de deux mois a affecté directement la moitié des familles du secteur, selon le sondage d’opinion publique mené les 24 et 25 août 2016. On y apprend aussi que plus des deux tiers des citoyens du secteur pensent que les maires ont tort de vouloir réduire le nombre de congés de maladie des employés de bibliothèque.

« Les gens réclament la réouverture des bibliothèques, explique le président du SCFP-Ontario, Fred Hahn ; ils sont prêts à punir les maires pour leur terrible gestion de la situation. Le sondage montre que seulement huit pour cent de la population du comté se range derrière les maires membres du conseil du comté, alors que 60 pour cent des répondants soutiennent les grévistes. À la lumière de ces résultats, les maires devraient revoir leur position ; ils devraient faire passer les besoins de la population devant leur ordre du jour politique mal avisé. » 

« Je ne saurais vous dire à quel point nous sommes touchés d’avoir l’appui de la population, raconte Lori Wightman, une des employés de bibliothèque toujours en grève. On dirait que les maires nous ont ciblés en pensant que personne ne s’en soucierait. Or, ce sondage démontre ce que j’ai toujours cru : ce qui est génial, dans le comté d’Essex, c’est que les gens se soucient les uns des autres et s’entraident dans les moments difficiles. Les gens comprennent que c’est mal d’imposer des politiques à l’emporte-pièce aux employés de bibliothèque. »

Voici ce que révèle le sondage Environics :

  • 84 pour cent des répondants sont au courant de la grève dans les bibliothèques ;
  • les deux tiers des répondants fréquentent leur bibliothèque ; le tiers la fréquente plus d’une fois par mois ;
  • près de la moitié des répondants affirment que la fermeture des bibliothèques les a affectés ou a affecté leur famille ;
  • les deux tiers des répondants pensent que les maires membres du Conseil du comté d’Essex gèrent mal cette grève ;
  • seulement huit pour cent des répondants se rangent derrière les maires, alors que 56 pour cent se rangent derrière les employés de bibliothèque ;
  • les deux tiers des répondants pensent que les maires membres du conseil du comté ont la responsabilité de résoudre la grève dans les bibliothèques ;
  • les deux tiers des répondants pensent que c’est mal de retirer aux employés de bibliothèque leur régime de congés de maladie ;
  • la moitié des citoyens de la région affirment que la manière dont cette grève est gérée influencera leur choix aux prochaines élections.

« Nos membres veulent servir la communauté, poursuit M. Hahn. Ils souhaitent retourner au travail. Il suffirait que les maires reconnaissent que c’est aussi ce que veulent les électeurs. Il est dans l’intérêt de tout le monde de mettre ses culottes et de résoudre ce conflit de travail. »

« Il n’y a pas que les travailleurs qui souffrent de cette grève, renchérit Mme Wightman ; les citoyens veulent avoir accès à leurs bibliothèques. »

Environics Research a mené ce sondage téléphonique auprès de 1 081 citoyens du comté d’Essex en âge de voter. Cette taille d’échantillon sert souvent à mesurer les opinions à l’échelle de la province. Sa marge d’erreur est de plus ou moins trois pour cent, dix-neuf fois sur vingt.

Le SCFP est le syndicat communautaire de l’Ontario. Ses quelque 260 000 membres fournissent les services publics de qualité dont nous avons tous besoin au quotidien. Ses membres sont fiers d’œuvrer dans les services sociaux, la santé, le secteur municipal, le réseau scolaire, le réseau postsecondaire et le transport aérien.

Pour en savoir plus, contactez :

Sarah Jordison
Service des communications du SCFP
 416-578-5638

www.cupe.on.ca