Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

TORONTO – Le récent rapport sur la réduction des coûts présenté par la Commission Drummond propose de nombreuses idées inefficaces inspirées de l’ère de Mike Harris, comme la diminution, la réduction et la fusion d’hôpitaux et d’autres services de santé par l’entremise d’une commission de restructuration. Si ces idées sont mises en œuvre, le premier ministre aura un énorme problème de crédibilité, selon Michael Hurley, président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO).

Si les libéraux écoutent les conseils pro-privatisation du commissaire Don Drummond et coupent dans le financement destiné à la santé jusqu’en 2017-2018, environ 4 milliards de dollars seront éliminés des dépenses en santé au cours des trois premières années seulement.

« Les compressions que préconise M. Drummond seront beaucoup plus importantes et dureront plus longtemps que celles que l’on a connues sous le régime Harris, souligne M. Hurley. On en est à se demander si Dalton McGuinty peut être encore plus destructeur que Mike Harris ».

Tout en proposant de profondes compressions dans le financement des soins de santé, Don Drummond affirme que le système doit une fois de plus subir une pénible ronde de restructurations. Pour diriger cette décroissance, il propose une commission gouvernementale semblable à la Commission de restructuration des services de santé (CRSS) de Mike Harris qui avait reçu, de 1996 à 2000, des pouvoirs conférés par la loi pour accélérer les fusions, les fermetures d’hôpitaux et les compressions dans les programmes. Alors chef de l’opposition, Dalton McGuinty avait vilipendé la commission Harris qui fermait les hôpitaux et réduisait les soins infirmiers tout en permettant au gouvernement Harris de prendre ses distances par rapport à ces impopulaires politiques.

« Tout le monde sauf M. Drummond semble avoir regretté la coûteuse et destructrice restructuration des soins de santé mise en œuvre par la commission Harris, qui a fini par dépenser quatre milliards de dollars pour obtenir des économies de un milliard de dollars. La restructuration des services de santé inspirée du régime Harris et défendue par Don Drummond compromettra les soins prodigués aux patients. Une commission indépendante n’est qu’un stratagème politique pour éviter au gouvernement d’assumer la responsabilité de ces compressions radicales », croit Michael Hurley.

Des extraits du Journal des débats de l’assemblée législative de l’Ontario montrent, dans des questions posées au ministre de la Santé de l’époque et au premier ministre Harris, que Dalton McGuinty s’opposait vigoureusement aux compressions proposées par la CRSS.

Le 20 février 1997, Dalton McGuinty faisait l’intervention suivante : « Monsieur le Ministre, le problème, ce sont vos compressions dans les hôpitaux. Cesserez-vous d’enlever des dollars aux hôpitaux de l’Ontario? »

Le 6 mars 1997, M. McGuinty déclarait : « Aujourd’hui, le premier ministre a fermé 11 hôpitaux dans la région métropolitaine de Toronto et 14 services d’urgence… Monsieur le Premier ministre, je comprends cette fiction légale voulant qu’il existe quelque part une commission sur laquelle vous n’avez aucun contrôle, mais les gens de cette province savent que chaque fois qu’une porte sera verrouillée dans n’importe quel hôpital de la province, ce seront vos empreintes digitales, et aucune autre, que l’on trouvera sur cette porte. »

Le CSHO représente plus de 30 000 travailleuses et travailleurs d’hôpitaux et est la division des hôpitaux du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) en Ontario.
  

Pour en savoir plus :

Michael Hurley
Président, CSHO 
416 884-0770

Stella Yeadon
Communications du SCFP
416 559-9300