Pendant la Semaine nationale des soins infirmiers, nous célébrons l’incroyable travail et le dévouement des membres des équipes de soins infirmiers partout au Canada, dont les dizaines de milliers d’infirmières et infirmiers représentés par le SCFP. Nous profitons aussi de cette occasion pour remercier et féliciter tous les employés de première ligne de la santé.

Le système de santé du Canada dépend de l’engagement et du travail des infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés (IAA), des infirmières et infirmiers auxiliaires (IA) et des infirmières et infirmiers autorisés (IA) qui travaillent dans les hôpitaux, les foyers de soins de longue durée, pour les organismes communautaires et au domicile des patients.

Il faut célébrer le dévouement des infirmières et infirmiers chaque semaine de chaque année. Mais il est particulièrement important de le faire en ce moment, alors que nous sommes en pleine pandémie.

Les infirmières, les infirmiers et les autres travailleurs de la santé font preuve d’un engagement et d’un professionnalisme extraordinaires durant cette crise. Malheureusement, le personnel est épuisé et s’inquiète pour leur santé et la santé des membres de leur famille. Le manque d’équipements de protection individuelle est inacceptable. La pression considérable subie au travail affecte également la santé mentale de nombreux employés. La santé et la sécurité doivent dorénavant être une priorité absolue. Bref, nous devons prendre soin des personnes qui prennent soin de nous.

En cette pandémie, nous constatons une plus grande reconnaissance publique du travail accompli par les infirmières, les infirmiers et par tous les employés du secteur de la santé. À juste titre, ils sont qualifiés de héros. Alors que nous traversons la pire crise sanitaire de l’histoire moderne de notre pays, nous saluons leur courage et leur dévouement.

Les difficultés auxquelles les employés de première ligne de la santé sont confrontés sont plus graves que jamais. La crise de la COVID-19 a mis en évidence les problèmes qui érodaient déjà le système de santé au Canada : sous-financement, privatisation, insuffisance des effectifs, et bien d’autres.

Nous devons réparer le système de santé. Nous devons assurer la santé et la sécurité des employés en leur offrant suffisamment d’équipements de protection individuelle, de meilleures conditions de travail ainsi que des effectifs et des charges de travail appropriés. Nous devons assurer le respect des normes de santé et sécurité minimales et un nombre minimal d’heures de soins dans les établissements de soins de longue durée. Nous devons également reconnaître la pleine portée de la pratique, et veiller à ce que tous les membres des équipes de soins de santé soient valorisés. Comme toujours, le SCFP continuera à lutter pour une augmentation du financement du système de santé et contre la privatisation et la sous-traitance.