Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Paul Moist, des élus locaux et des dirigeants syndicaux se joindront à un rassemblement à l’heure du midi, le 11 juin, pour empêcher le licenciement de plus de 200 préposées aux services à la personne de l’Hôpital Bridgepoint, à Toronto.

L’hôpital a annoncé son intention de se débarrasser des travailleuses au cours des prochains 18 mois, pour les remplacer par des infirmières auxiliaires autorisées – un changement radical par rapport au modèle de dotation en personnel introduit il y a dix ans. « Ces travailleuses – surtout des femmes de minorités raciales, à qui il ne reste, pour la plupart, que quelques années de travail – devront abandonner de bons emplois pour travailler, à des salaires de famine, dans les soins à domicile ou les soins de longue durée, a affirmé Ann Dembinski, présidente de la section locale 79 du SCFP.

Nous exigeons que l’hôpital prenne toutes les mesures voulues pour assurer aux patients des soins équilibrés et veiller à ce que ces travailleuses puissent rester à Bridgepoint et occuper les nouveaux postes à mesure qu’ils seront créés. »