Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

CUPE Ontario rally t keep Hydro One public

TORONTO – Cet après-midi, plus d’un millier de citoyens se sont rendus à Queen’s Park pour demander aux députés d’abandonner l’idée de privatiser Hydro One. Cette manifestation avait lieu au moment où les parlementaires entamaient l’examen final des articles du projet de loi budgétaire, dont celui autorisant la vente d’Hydro One.

« Nous sommes ici pour dire au gouvernement libéral que les Ontariens s’opposent à cette vente précipitée, a clamé Fred Hahn, président de la division ontarienne du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-Ontario), l’une des principales organisations à l’origine du rassemblement. Hydro One appartient à nous tous; ils n’ont pas le droit de la vendre. »

Les derniers sondages montrent une très forte opposition à la privatisation d’Hydro One, environ trois répondants sur quatre. Pourtant, le gouvernement essaie de faire adopter son plan à toute vitesse, en quelques semaines à peine, sans consultation publique.

« Ça me renverse que le gouvernement aille de l’avant sans même prendre le temps de consulter adéquatement la population, a commenté Alejandra Ruiz Vargas d’ACORN Toronto, une des oratrices à l’événement. Nous allons perdre le contrôle de notre système électrique; ma facture va grimper encore plus vite. Je n’en ai pas les moyens. »

Selon les recherches, les services d’eau et d’électricité privés coûtent plus cher que ceux détenus par l’État, même dans les marchés où l’électricité est réglementée. Les grands administrateurs des comptes de la province, dont l’ombudsman, la vérificatrice générale et le directeur de la responsabilité financière, ont affirmé publiquement qu’ils ne seront plus en mesure de valider la qualité et l’abordabilité du service d’Hydro One si celle-ci est privatisée; Hydro One n’aura plus de comptes à rendre à la population.

« On ne peut pas financer les transports en vendant Hydro One, soutient Brenda Thompson de TTCriders, une association d’usagers des transports torontois. Cette vente va sucer les revenus provenant des services publics sans apporter une solution à long terme à nos besoins en transports. Nous avons besoin d’un financement durable pour les transports, pas de passer une société d’État essentielle à la trappe. »

Selon Douglas Peters, analyste économique, ex-économiste en chef à la Banque TD et secrétaire d’État aux Finances dans le cabinet Chrétien, si l’État empruntait pour bâtir ses infrastructures au lieu de vendre 60 pour cent d’Hydro One, il réaliserait une économie nette de 340 millions de dollars par année.

« La vente de cette société d’État est insensée, d’un point de vue économique comme moral, et les Ontariens s’y opposent, a résumé M. Hahn. Quand les Conservateurs ont voulu privatiser Hydro One, nous leur avons bloqué le chemin. Cette fois encore, nous ferons tout en notre pouvoir pour stopper cette vente. »

Le SCFP est le syndicat communautaire de l’Ontario. Il représente 250 000 travailleurs qui fournissent les services publics de qualité sur lesquels nous comptons tous au quotidien. Les membres du SCFP-Ontario sont fiers de travailler dans les services sociaux, la santé, le monde municipal, le monde scolaire, le monde universitaire et les lignes aériennes.

Pour en savoir plus, contactez :

Craig Saunders

Service des communications du SCFP
 416-576-7316