Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) attaque et tue les cellules du système immunitaire. Les infections causées par le VIH passent à travers différents stades et affectent les gens de différentes manières.

Lorsque le VIH tue trop de cellules immunitaires, l’infection progresse et se transforme en syndrome d’immunodéficience acquise, soit le sida. À partir de ce moment, le corps ne peut plus lutter contre les infections.

Vous pouvez avoir le VIH sans le savoir. Au début de l’infection, certaines personnes peuvent avoir des symptômes similaires à ceux de la grippe : fièvre, maux de gorge, inflammation des glandes. D’autres individus n’ont pas de symptômes du tout, le virus n’ayant infecté qu’une petite partie de leur système immunitaire.

Bien qu’il n’y ait actuellement aucun remède pour éliminer le VIH, il peut être traité. On peut également prévenir l’infection.

Comment le VIH se transmet-il?

Pour qu’une infection survienne, le VIH doit passer du système sanguin d’une personne infectée au système sanguin d’un autre individu. Si le sang infecté par le VIH entre en contact avec la peau et qu’il n’y a pas de lésions, il ne peut pas y avoir infection.

Seulement cinq liquides corporels contiennent assez de VIH pour infecter quelqu’un : le sang, le sperme (y compris le liquide pré-éjaculatoire), les sécrétions rectales, les sécrétions vaginales et le lait maternel. Ces liquides peuvent pénétrer dans le système sanguin d’une autre personne en passant par des lésions cutanées ou par les muqueuses (y compris les yeux, l’ouverture du pénis ou les parois humides du corps telles que le vagin, le rectum ou le prépuce).

Les causes les plus fréquentes de transmission du VIH sont généralement les rapports sexuels non protégés, le partage d’aiguilles non stérilisées pour la consommation de drogues, la transmission à un foetus pendant la grossesse ou à un bébé pendant l’allaitement. Même si c’est moins fréquent, il est également possible que le VIH soit transmis par les aiguilles de tatouage, d’acupuncture, le « piercing » ou même par les bijoux.

Comment détecter les infections?

Seule l’analyse sanguine permet de détecter le VIH. Si vous pensez avoir été exposé au virus, communiquez immédiatement avec un professionnel de la santé. La plupart des grandes villes ont des cliniques du VIH gérées par les services de santé publique régionaux. Ces cliniques offrent des services de dépistage du VIH et de soutien.

Comment prévenir les infections?

En dehors du lieu de travail, des pratiques simples peuvent aider à éviter de transmettre le VIH, y compris les rapports sexuels protégés et une utilisation sécuritaire des aiguilles. Il est scientifiquement prouvé que ces pratiques permettent de réduire le risque d’infection et de réinfection.

Comme le terme l’indique, avoir des rapports sexuels protégés signifie que vous et votre partenaire devez vous protéger du VIH et des autres infections transmissibles sexuellement (ITS) en utilisant correctement des préservatifs en latex ou en polyuréthane, des lubrifiants à base d’eau ou de silicone et en passant régulièrement des examens de dépistage pour les ITS.

Si vous utilisez des aiguilles pour vos injections, protégez-vous et protégez les autres en utilisant des aiguilles et des seringues neuves et propres à chaque utilisation. Ne partagez jamais le matériel avec quelqu’un d’autre. Cette pratique s’appelle l’approche axée sur la réduction des risques.

Les membres du SCFP sont-ils à risque?

La plupart des membres du SCFP ne sont pas à risque d’être infectées par le VIH au travail. Le VIH ne peut être transmis par l’entremise de la coutellerie, des abreuvoirs, des piscines publiques ou des toilettes, ni par la toux ou les éternuements. Il ne peut pas être transmis lorsqu’on touche ou donne des soins aux patients, sauf s’il y a un contact direct avec le sang ou les liquides corporels.

Les travailleurs les plus à risque d’être exposés au VIH comprennent les travailleurs de la santé, les ambulanciers ou autres travailleurs en soins médicaux d’urgence, le personnel soignant, le personnel de soutien (buanderie, entretien ménager et manutention du matériel, par exemple) et les travailleurs de laboratoire. Les travailleurs doivent réaliser que toute quantité de sang et de liquides corporels avec laquelle ils entrent en contact est potentiellement infectieuse, non seulement pour le VIH, mais pour de nombreuses autres maladies.

La liste n’est pas exhaustive, mais les travailleurs peuvent par exemple être exposés au VIH au travail par les piqûres accidentelles avec des aiguilles, une plaie ouverte qui permet au liquide infecté de pénétrer dans le corps, ou le contact avec les liquides infectés qui touchent les muqueuses telles que les yeux, le nez ou la bouche.

Comment pouvons-nous protéger les travailleurs à risque?

Plusieurs mesures peuvent être utilisées par les employeurs pour assurer que les travailleurs à risque d’exposition au VIH soient protégés.

Mettre en place un programme de prévention de l’infection

Les programmes de prévention de l’infection sont un outil important pour lutter contre l’exposition au VIH et aux autres agents pathogènes sanguins. Un programme de prévention de l’infection peut notamment inclure les éléments suivants :

  • des vêtements et du matériel de protection pour les personnes qui occupent un emploi où il peut y avoir une exposition au sang ou aux liquides corporels, ainsi qu’une procédure de nettoyage pour les vêtements et le matériel potentiellement souillés.
  • une protection faciale pour les situations où il y a un potentiel d’éclaboussures de sang ou de liquides corporels ou lorsque des procédures qui peuvent générer de grosses gouttelettes sont effectuées.
  •  des blouses de travail imperméables pour les situations où les vêtements peuvent être contaminés par le sang, le liquide corporel ou les excrétions.
  • des gants imperméables en nitrile et des dispositifs de réanimation unidirectionnels pour effectuer les premiers soins et la RCR. La formation en premiers soins devrait d’ailleurs comprendre l’utilisation de dispositifs à usage unique.
  • tous les utilisateurs d’objets pointus ou tranchants doivent suivre les procédures d’élimination appropriées au point d’utilisation. Les objets pointus ou tranchants doivent être placés dans des contenants étanches qui peuvent être fermés hermétiquement et éliminés conformément aux procédures pour les déchets biologiques dangereux.

Élaborer une politique en milieu de travail

Une politique sur le VIH et le sida en milieu de travail devraient inclure les principaux éléments suivants :

  • la protection des personnes vivant avec le VIH et le SIDA contre le harcèlement et la discrimination.
  • un traitement juste et empreint de compassion pour les personnes vivant avec le VIH et le sida.
  • Le droit des travailleurs vivant avec le VIH et le sida de bénéficier de mesures d’accommodement raisonnables.
  •                 le maintien de la protection offerte par le régime d’assurance-santé ou l’accès à la couverture de groupe.
  •                 le droit à la confidentialité des personnes atteintes.
  •                 l’interdiction du dépistage du VIH obligatoire ou imposé par l’employeur pour les travailleurs.
  •                 le droit de tous les travailleurs à un milieu de travail sain et sécuritaire.

Que faire en cas d’exposition potentielle au VIH?

Les mesures les plus importantes pour faire face à une exposition potentielle au VIH doivent être entreprises en amont. Les travailleurs doivent recevoir une formation pour connaître les mesures à prendre en cas d’exposition accidentelle à des liquides corporels. Les organisations doivent mettre en place des procédures permettant aux travailleurs de savoir de quels pathogènes transmissibles par le sang, y compris le VIH, le patient est porteur. Cela permettra de prendre les mesures préventives appropriées. Cependant, certaines personnes séropositives peuvent ignorer qu’elles sont infectées et ne pas présenter de symptômes. Si vous avez été exposé à des liquides corporels comme ceux mentionnés dans la présente fiche, suivez les procédures en place dans votre milieu de travail pour faire rapport et assurez-vous de communiquer immédiatement avec un médecin pour discuter des traitements disponibles pour protéger votre propre santé.

Par exemple, si une piqûre accidentelle avec une aiguille survient, les travailleurs doivent savoir avec qui communiquer pour recevoir un traitement médical et connaître les mesures à prendre pour informer leur supérieur de l’incident. Il existe un traitement par médicament (prophylaxie postexposition ou traitement PPE) qui permet de réduire le risque de contracter le VIH pour les personnes qui pensent avoir été exposées au virus. Ce traitement doit être prescrit par un médecin et pris dans les 72 heures suivant une exposition potentielle.

De quelle façon le VIH et le sida sont-ils traités? Peuvent-ils se guérir?

Il n’y a actuellement pas de remède pour le VIH ou le sida, mais il existe des traitements pour les personnes vivant avec le VIH qui ralentissent le virus ou empêchent le sida de se développer.

Le VIH détruit les cellules CD4. Ce sont les cellules les plus importantes du système immunitaire. Des analyses sanguines mesurent le nombre de cellules CD4 et la charge virale. Plusieurs autres examens de routine peuvent permettre d’identifier les problèmes de santé potentiels, même s’il n’y a pas de symptômes visibles.

Le traitement antirétroviral (ARV) est efficace pour maintenir la quantité de VIH dans le corps à un faible niveau. Dans de nombreux cas, l’ARV arrête l’affaiblissement du système immunitaire et lui permet de récupérer de tout dommage que le VIH pourrait avoir causé.

Un médecin qui se spécialise dans le traitement du VIH et du sida peut prescrire un programme de traitement approprié et donner des renseignements supplémentaires pour aider la personne vivant avec le VIH et son partenaire. Des comités et des organismes de services liés au sida, ainsi que d’autres services de santé et de soutien sociaux sont présents dans de nombreuses communautés. Des services d’aide et des renseignements sont offerts en ligne, mais il est important d’utiliser seulement les sources de renseignements fiables.

Développer un programme d’éducation et de lutte contre la discrimination

Tous les travailleurs qui peuvent être exposés au travail doivent être informés de ce qu’est le VIH, de la façon dont il se transmet, des risques qu’ils courent et des mesures de prévention qui sont offertes dans leur milieu de travail.

Certains travailleurs devront gérer le VIH et le sida, non seulement du point de vue des soins offerts aux patients ou aux clients, mais aussi en tant que source de harcèlement, de discrimination potentielle et de problèmes de droits de la personne si eux-mêmes, les membres de leur famille ou leurs collègues de travail sont séropositifs ou qu’ils contractent le sida. Le programme doit expliquer la façon de procéder pour offrir du support à une personne infectée par le virus, que ce soit un client, un patient ou un collègue de travail. Le programme doit également aborder les craintes des collègues de travail et des personnes soignantes.

Pour tout renseignement supplémentaire, veuillez communiquer avec :

Service de santé et de sécurité du SCFP
1375, boulevard St. Laurent
OTTAWAON  K1G 0Z7

Tél. : (613) 237-1590
Téléc. : (613) 237-5508
Courriel : sante_securite@scfp.ca