Congrès du SAMWU en Afrique du Sud
Le SCFP était l’un de plusieurs invités internationaux au 10e Congrès national du Syndicat des travailleurs municipaux d’Afrique du Sud (South African Municipal Workers Union ou SAMWU) en août 2012.

Les autres invités étaient des syndicats du secteur public du Swaziland, de la Namibie, du Botswana, du Ghana, du Zimbabwe, de la Suède, de l’Allemagne et de l’Italie. Le mouvement syndical sudafricain est très dynamique et le SAMWU gagne en force, malgré les importants défis que doivent relever les travailleurs de tout le pays. L’ambitieux programme du congrès incluait plusieurs conférenciers politiques de haut niveau du gouvernement et du mouvement syndical, ainsi qu’une discussion d’experts sur le thème « Solidarité maintenant plus que jamais! Travailleurs du monde, unissez-vous! ».

Les résolutions internationales à discuter portaient notamment sur la solidarité avec la Palestine et le Swaziland, le renforcement de l’ISP et de la solidarité internationale, la campagne pour des emplois verts et les courtiers en emploi et agences de placement dans le secteur public.

Délégation des leaders du CTC en Chine

Le Congrès du travail du Canada (CTC) a pris la tête d’une délégation de dirigeants syndicaux canadiens dans le cadre d’une visite effectuée en Chine, en octobre 2012. Le président national du SCFP, Paul Moist, faisait partie de la délégation, avec des dirigeants du CTC, des Métallos (MUA), de la Fédération du travail de Terre-Neuve-et-Labrador (NLFL) et des Travailleurs canadiens
de l’automobile (TCA).

Compte tenu de l’attention croissante qu’accorde le gouvernement canadien à ses relations commerciales avec la Chine depuis 2009, il est de plus en plus important pour le mouvement syndical canadien de créer des liens avec les syndicats chinois. L’ACFTU doit présentement surmonter d’immenses défis, dont un est l’équilibre à trouver entre l’intérêt de ses membres et le rôle de premier plan qu’il occupe au sein de l’appareil gouvernemental. 

Université Cornell – Groupe consultatif de l’Initiative sur la démocratie énergétique

Le SCFP a participé à une table ronde sur la transition énergétique organisée par l’Université Cornell, à New York, en octobre 2012. Charles Fleury, secrétaire-trésorier national, et Shelly Gordon, directrice du Service de la recherche, de l’évaluation des emplois et de la santé-sécurité, se sont joints à des représentants de syndicats du monde entier pour discuter et élaborer des solutions aux problèmes énergétiques pressants du monde, dont les changements climatiques, la confiscation des terres et la pauvreté énergétique, et pour débattre de l’avancement de la justice sociale et environnementale.

La réunion avait été convoquée parce que les forces, les structures et les acteurs du libre marché n’offrent pas de cadre énergétique durable pour la planète, ni pour la majorité des peuples du monde. La contribution du SCFP à la réunion a été substantielle et l’Université Cornell l’a invité, avec d’autres syndicats du monde, à se joindre à un groupe consultatif qui permettra aux syndicats de débattre, d’élaborer et de promouvoir de véritables solutions à la crise climatique.

Organisation internationale du travail (OIT)

La Réunion tripartite d’experts sur le travail forcé a été organisée par l’OIT en Suisse, en février 2013. Annick Desjardins, conseillère à l’égalité du SCFP, y était avec d’autres experts choisis en consultation avec les gouvernements et des groupes d’employeurs et de travailleurs.

Le but de la réunion était de formuler des recommandations destinées au conseil d’administration de l’OIT sur l’établissement de normes pour compléter la Convention (no 29) sur le travail forcé, 1930, et la Convention (no 105) sur l’abolition du travail forcé, 1957, de l’OIT.

Dans le cadre de leurs discussions, les experts ont abordé la question des lacunes en matière de réglementation et de mise en oeuvre de mesures efficaces de protection pour les victimes, ainsi que la prévention du travail forcé, l’indemnisation des victimes et la traite des personnes à des fins d’exploitation du travail. Ils ont recommandé l’adoption de mesures supplémentaires pour corriger ces lacunes et ont étudié différentes possibilités pour l’établissement de normes. À sa réunion de mars, le conseil d’administration de l’OIT a ajouté ce point à l’ordre du jour de la Conférence internationale du Travail de 2014.

Le SCFP attire l’attention de l’ONU sur les politiques de l’eau du gouvernement Harper

Le SCFP était aux Nations Unies, à Genève, en avril 2013, pour attirer l’attention de la communauté internationale sur les efforts déployés par les conservateurs de Stephen Harper pour privatiser les réseaux municipaux d’eaux potables et usées du Canada et sur les dangers que font peser ces politiques sur l’accessibilité à une eau potable publique de qualité pour tous les Canadiens.

Le dossier en matière de droits de la personne du gouvernement conservateur de Stephen Harper fut examiné par les États membres de l’ONU dans le cadre de l’Examen périodique universel du Canada. Pendant les jours qui ont précédé l’examen, le SCFP a rencontré des diplomates de divers pays pour faire valoir ses préoccupations quant aux politiques de l’eau des conservateurs de Stephen Harper.

Le SCFP offre aussi son appui aux peuples autochtones qui s’efforcent d’intensifier la pression internationale sur le Canada afin qu’il corrige la situation désastreuse de l’eau potable dans les communautés des Premières Nations.