Après une année de bonnes négociations collectives qui ont permis à ses membres d’obtenir de nouvelles conventions collectives solides, une visibilité accrue et de nouvelles façons de gérer la charge de travail, le Conseil des présidents de la santé du SCFP-Colombie-Britannique (HCPC) s’est réuni le 15 mai pour examiner les progrès réalisés jusqu’à présent, identifier les défis en cours dans le secteur et solidifier ses relations avec le SCFP -C.-B.

À la réunion, les membres du Conseil ont examiné les récentes mises à jour sur le site Web de la santé communautaire, en particulier les nouvelles ressources fournies pour la campagne en cours sur la charge de travail dans le secteur. Ces renseignements comprennent des cartes postales personnalisées pour chacune des sections locales du secteur, sur les mesures à prendre et les personnes à qui s’adresser en cas de charges de travail non sécuritaires, ainsi que des conseils sur la façon de déposer un grief.

Chris Losito, coordonnateur de la santé du SCFP-C.-B., a indiqué dans son rapport au Conseil que le rajustement des faibles salaires a maintenant été mis en œuvre pour les membres de l’Association de négociation de la santé communautaire (CBA). D’ici le 1er avril 2021, les salaires de ces classifications seront équivalents à 98 % de ceux de l’Association de négociation des établissements.

« Nous aimerions atteindre finalement la parité avec l’ensemble des établissements, mais c’est déjà un pas important dans la bonne direction », a déclaré Chris Losito.

Les présidents ont évoqué une tendance croissante chez certains employeurs de l’Association de négociation des professionnels de la santé (HSPBA) à changer les qualifications requises pour certaines professions, en exigeant dorénavant au moins une maîtrise. Le Vancouver Coastal Health, par exemple, l’a fait pour des postes de travail social sans préavis et sans tenir compte des exceptions pour une expérience équivalente. Les présidents ont convenu que le même système devrait s’appliquer à toutes les sections locales, et ont déclaré qu’ils comptaient surveiller les offres d’emploi dans leurs domaines respectifs et encourager fortement les membres qui estiment avoir une expérience équivalente à soumettre leur candidature pour les postes qui les intéressent.

Les membres du HCPC ont également examiné et ajouté les touches finales à l’entente protocolaire du conseil. L’entente protocolaire fonctionne essentiellement comme un ensemble de règlements pour le HCPC. Il s’agit d’un document de base qui décrit le travail du Conseil au nom des sections locales de la santé communautaire du SCFP et des membres de la province.

« Lorsque les sections locales auront approuvé l’entente protocolaire, l’adoption de l’entente donnera au travail du Conseil une portée élargie, améliorera la communication entre ses membres et aussi entre le HCPC et le SCFP- C.-B. ainsi qu’entre le HCPC et ses alliés syndicaux et du secteur de la santé.  L’entente protocolaire révisée permettra également au HCPC de régler plus rapidement les problèmes urgents dans le secteur », a dit Chris Losito.

Le HCPC est composé des présidents et des délégués des sections locales 15, 1978, 3403-01, 3495 et 4816 du SCFP. Chaque section locale représente les membres de deux conventions collectives provinciales : l’Association de négociation communautaire (CBA) et l’Association de négociation des professionnels de la santé (HSPBA) ainsi que ceux de la convention collective QMUNITY. Ensemble, ces sections locales du SCFP représentent un peu plus de 500 membres de la CBA et environ 800membres de la HSPBA.

La prochaine réunion du groupe aura lieu le 14 août à Nanaimo, en Colombie-Britannique.