Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Les 20 et 21 avril, plus de 70 militants se sont réunis à Saskatoon pour faire le point sur les menaces que représente la privatisation et agir en vue de protéger les services publics.

Simon Enoch du Centre canadien de politiques alternatives a lancé le bal en dressant la liste stupéfiante de tout ce qui est déjà privatisé en Saskatchewan. Il a recensé, depuis 2007, une cinquantaine de cas de privatisation, y compris la sous-traitance des services de buanderie d’hôpitaux, la privatisation des magasins d’alcool et la sous-traitance au sein des sociétés d’État.

Le président du SCFP-Saskatchewan, Tom Graham, a parlé des mesures qu’entreprend le SCFP pour riposter aux attaques contre les services publics. La campagne Own it! occupe une place importante dans les efforts du SCFP.

Le nouveau projet Own it! Saskatchewan belongs to everyone (La Saskatchewan est à tout le monde) se fait la voix de la population dans le débat provincial sur l’avenir des services publics et des sociétés d’État. Elle se concentre principalement sur une pétition qui invite les Saskatchewanais à s’opposer à la privatisation.

Les membres du SCFP ont eu l’occasion d’entendre les citoyens de vive voix; ils sont descendus dans la rue pour parler de cette campagne avec les passants. Ils ont recueilli plus de 750 signatures en deux heures à peine. 

Plusieurs membres se sont dits surpris par la facilité avec laquelle on pouvait parler de privatisation avec des étrangers. Après un compte-rendu de leur expérience de terrain, les participants ont planifié leurs activités en groupes régionaux.

Au fil des prochains mois, le SCFP tiendra d’autres conversations sur les attaques contre les services publics avec nos membres et la population.