Le début des années 1970

Les membres du SCFP luttent pour l’inclusion de l’orientation sexuelle dans les politiques des employeurs sur la discrimination, incluant notamment les employeurs des travailleuses et travailleurs municipaux et ceux des bibliothèques.  

1974

Le nouveau « modèle de convention collective » du SCFP met l’accent sur l’égalité.

1979

Les délégués au congrès national demandent aux gouvernements d’élargir la définition des droits de la personne pour inclure des protections relatives à l’orientation sexuelle et au handicap physique.

1986

Les délégués au congrès national se prononcent en faveur de la négociation de clauses qui accorderont aux conjoints de même sexe des prestations de santé et d’autres avantages sociaux.

Le service de l’éducation syndicale offre un cours intitulé Comment réagir à la discrimination au travail.

1987

Un agent de bord du SCFP, porteur du SIDA, remporte sa bataille pour garder son emploi. Le SCFP publie un dépliant intitulé SIDA, le saviez-vous ?

Le SCFP conteste, devant la Cour suprême de l’Ontario, le refus des prestations à la conjointe de Karen Andrews (section locale 1996). La Cour se prononcera contre la plaignante en 1988, mais cette affaire marque une étape importante vers l’octroi d’avantages sociaux aux conjoints de même sexe.

1989

Le SCFP publie son Énoncé sur le harcèlement, qui sera plus tard rebaptisé Énoncé sur l’égalité.

1991

Le SCFP devient le premier syndicat canadien à se doter d’un poste d’ombudsman.

La Cour suprême de la Colombie-Britannique, donnant raison au SEH et au SCFP, ordonne à la Commission des services médicaux de reconnaître aux partenaires de même sexe le statut de conjoint et de leur accorder les prestations d’assurance-maladie. 

Les délégués aux congrès national se prononcent en faveur de la création du Comité national du triangle rose.

La section locale 1 (Toronto Hydro) obtient les mêmes prestations de santé et congés pour les membres ayant des conjoints de même sexe.

Le SCFP produit une brochure sur les avantages sociaux intitulé Winning Out at Work (Gagnants au travail) à l’intention des membres gais et lesbiennes et de leurs proches.

1992

Le SCFP et deux employés entament une contestation constitutionnelle de la définition de « conjoint » utilisée dans la Loi de l’impôt sur le revenu du Canada, définition limitée à une personne de sexe opposé.

1995

Le SCFP encourage ses sections locales à appuyer les défilés de la Fierté.

1996

Une nouvelle trousse aide les sections locales à négocier des clauses pour leurs membres porteurs du VIH-SIDA et à les défendre.

1997

Le SCFP offre un nouvel atelier sur l’homophobie intitulé Out of the Closet and into the Classroom (Sortir du placard et entrer en classe).

1998

Quatre militants du SCP participent à la première Conférence internationale sur les syndicats, l’homosexualité et le milieu de travail tenue à Amsterdam.

La Cour d’appel de l’Ontario donne raison au SCFP dans sa contestation, en vertu de la Charte, de la définition de la notion de conjoint de la Loi de l’impôt sur le revenu. Cette décision établit un précédent de taille pour l’égalité des droits des couples de même sexe en matière de prestations de retraite et d’autres prestations. Elle débouchera sur la reconnaissance des couples de même sexe et des souples en union libre aux yeux de la Loi de l’impôt sur le revenu.

2000

La section locale 4400 et la militante transgenre Martine Stonehouse jouent un rôle déterminant dans la décision du Conseil scolaire de Toronto d’ajouter l’identité sexuelle à la liste des droits protégés des élèves et des employés, une première.

2001

La section locale 3903 à l’Université York négocie un congé de transition payé d’une durée maximale de huit semaines pour ses membres transgenres, en plus de resserrer les règles sur le harcèlement et la discrimination. En outre, le SCFP devient le premier syndicat canadien à produire des clauses types de convention collective et des ressources sur les droits des transgenres.

Les délégués au congrès national réservent un maximum de trois postes pour les membres transgenres au Comité du triangle rose. De plus, le SCFP ajoute l’homophobie à son Énoncé d’égalité des Statuts.

2002

La présidente nationale, Judy Darcy, présente un mémoire au Parlement fédéral réclamant le droit au mariage pour les couples de même sexe.

2006

Le SCFP produit la trousse Négocier l’équité qui contient des fiches d’information, la liste des vérifications à effectuer et des clauses types.

2009

Fred Hahn est élu président du SCFP-Ontario. Il devient le premier président ouvertement gai d’un grand syndicat canadien.

2010

Les questions d’égalité sont intégrées à la nouvelle série de cours s’adressant aux délégués syndicaux. Cette série comporte maintenant des modules sur le handicap, l’accommodement, l’homophobie, le racisme et le sexisme, en plus d’expliquer comment être un allié.

Adoption du Code de conduite du SCFP. Ce document vise à ce que toutes les activités du SCFP soient accueillantes et sécuritaires. 

2013

Le SCFP  organise sa deuxième réunion stratégique sur le VIH-SIDA. Les participants adoptent une nouvelle politique sur le VIH-SIDA.

Audrey Gauthier devient la première personne ouvertement transgenre à être élue à la présidence d’une section locales au Canada, soit la section locale 4041 qui représente les agents de bord d’Air Transat basés à Montréal.

2015

Le SCFP tient sa deuxième Conférence nationale sur les droits de la personne à Winnipeg. Environ 500 personnes y participent.

2017

L’identité de genre et l’expression de genre deviennent des motifs illicites en vertu de la Loi canadienne sur les droits de la personne; les membres du SCFP ont été parmi les militants et alliés trans qui ont remporté cette victoire après des années de négociations et d’action politique.  

Source: La chronologie du SCFP sur l’égalité
Voir également: Prabha Khosla, Labour Pride: What Our Unions Have Done for Us (Toronto: Comité de le Fierté mondiale du Conseil du travail de la région Toronto et York, 2014).