pensionsLe plus gros syndicat canadien intensifie ses efforts pour obtenir la bonification du Régime de pensions du Canada. Le conseil exécutif national du Syndicat canadien de la fonction publique a résolu de poursuivre la lutte pour l’obtention du doublement complet et universel des prestations du RPC pour tous les travailleurs.

« Seuls 4 travailleurs canadiens sur 10 disposent d’un régime de retraite de leur employeur, rappelle le président national du SCFP, Mark Hancock. La bonification du RPC est la seule solution à la crise de la sécurité du revenu à la retraite. Et pour être efficace, cette bonification doit profiter à tous les travailleurs, qu’ils aient un poste à plein temps ou à temps partiel, qu’ils disposent d’un régime de l’employeur ou non. »

La résolution adoptée par le CEN à son assemblée de décembre demande au SCFP de s’opposer à toute bonification du RPC qui se limiterait à un segment de travailleurs. Le SCFP collaborera avec le Congrès du travail du Canada afin de mobiliser ses membres à travers le pays en vue d’intensifier les efforts entourant la bonification du RPC.

« Nous allons expliquer aux sections locales du SCFP l’importance de bonifier le RPC et ce que cela représente pour le revenu à la retraite de nos membres et de l’ensemble des travailleurs, ajoute le secrétaire-trésorier national du SCFP, Charles Fleury. Il faut que chaque Canadien sache à quel point cette bonification est essentielle à la sécurité de la retraite des générations futures. »

SOLUTION DU CENBONIFICATION DU RPC

Le SCFP NATIONAL doit :

  1. Intensifier rapidement ses efforts dans la lutte pour faire doubler les prestations du RPC et les rendre universelles;
  2. S’opposer aux efforts entrepris pour restreindre la bonification du RPC à des segments ciblés de la main-d’œuvre et veiller à ce que toute bonification du système public soit substantielle et universelle;
  3. Sensibiliser les fiduciaires de régimes de retraite et les sections locales du SCFP aux différents effets qu’une bonification du RPC pourrait avoir sur leurs régimes de retraite d’employeur et sur le montant de la rémunération qui est différée pour la retraite;
  4. Collaborer avec le CTC à accroître la mobilisation des membres dans le but d’augmenter la visibilité de la campagne pour une bonification universelle du RPC;
  5. Continuer à lutter pour que tous les membres du SCFP, y compris les membres qui travaillent à temps partiel, aient accès à une retraite suffisante et sûre après une carrière de travail.

PARCE QUE :

  • Le mouvement syndical canadien appuie depuis longtemps l’accès à des régimes de retraite pour tous les travailleurs canadiens par l’entremise d’un système public. Le mouvement syndical a toujours cru que les prestations fournies par le RPC sont trop modestes et a constamment lutté pour les bonifier.
  • La bonification du RPC est la seule solution pour empêcher une crise imminente des revenus de retraite. Seuls quatre Canadiens sur dix ont un régime de retraite d’employeur et les projections montrent que d’importants pans des générations futures ne pourront pas compter sur une retraite suffisante et sûre.
  • Le nouveau gouvernement fédéral appuie officiellement une certaine bonification du RPC, le niveau de soutien des provinces est élevé et les délais pourraient être serrés avec la mise en œuvre du Régime de retraite de la province de l’Ontario en 2017.
  • Les caisses de retraite (régimes d’employeur ou RPC) sont les salaires différés des travailleurs. Une bonification du système public permettrait aux membres, aux syndicats et aux employeurs de reconfigurer le niveau de rémunération qu’ils veulent aujourd’hui et ce qu’ils veulent différer. Avec un régime de retraite public plus important, les travailleurs pourront différer une plus grande partie de leur salaire pour obtenir un meilleur revenu à la retraite.
  • Un RPC plus important permet également aux travailleurs qui participent à des régimes de retraite à prestations déterminées de différer environ le même niveau de rémunération pour la retraite en renégociant les conditions de leurs régimes au travail de façon à ce que leur pension soit à peu près la même, avec une partie plus importante provenant du RPC et une partie plus petite provenant de leurs régimes au travail à l’avenir (c.-à-d. une « intégration »). Dans de nombreux cas, une plus grande intégration avec un RPC bonifié pourrait répondre aux préoccupations des employeurs qui souhaitent réduire les risques du régime de retraite au travail sans compromettre la sécurité à la retraite des participants. Lorsque le RPC a été créé dans les années 1960, différentes décisions relatives aux régimes ont dû être prises, notamment s’il fallait ou non ajuster les régimes d’employeur avec le nouveau RPC et comment.
  • Tout en voulant que ses membres aient accès aux meilleurs régimes de retraite possible, le SCFP national reconnaît que les décisions relatives au niveau de rémunération à différer pour la retraite doivent être prises par les travailleurs et les employeurs pour chaque régime.