Même s’il a éliminé plus de 350 postes, ainsi que des soins, des lits et des services, au cours des cinq dernières années, l’hôpital North Bay Regional Health Centre (NBRHC) « joue une partie budgétaire truquée qu’il ne pourra jamais gagner, parce que les subventions provinciales sont insuffisantes pour assurer sa pérennité », soutient Michael Hurley, président du Le Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO).

Cette semaine, le NBRHC a annoncé qu’il devra supprimer encore 30 à 40 emplois en 2017 pour équilibrer son budget, comme l’exige le gouvernement ontarien. L’hôpital a perdu 7 millions de dollars en subventions parce que son budget 2015-2016 était déficitaire. En outre, il doit composer avec l’inflation, particulièrement du côté du prix des médicaments.

Depuis huit ans, l’État ontarien impose un gel des crédits de base des hôpitaux, ce qui, en dollars constants, correspond à une réduction importante des budgets, selon M. Hurley. « L’hôpital de North Bay n’a pas cessé de couper ici et là, explique-t-il. Il a atteint les limites de sa capacité à fonctionner adéquatement sans financement additionnel. Pour mettre un terme à ce cycle de licenciements et de réduction des services, le gouvernement doit augmenter concrètement les crédits qu’il accordera au NBRHC en 2017. »

M. Hurley soutient que le NBRHC est d’autant plus désavantagé que le gouvernement l’a doté d’un modèle d’infrastructure en partenariat public-privé. Résultat : son fonctionnement coûte plus cher que celui des autres hôpitaux. En outre, la région de North Bay affiche un taux de pauvreté, un taux de maladies chroniques et des taux de personnes âgées et d’Autochtones supérieurs à la moyenne provinciale – tous des facteurs qui alimentent les difficultés de l’hôpital. « Avec son financement insuffisant, cet établissement peine à fournir des soins adéquats aux patients, affirme-t-il. Le provincial semble refuser béatement d’admettre les particularités sociodémographiques de la région et les coûts d’infrastructure que doit couvrir l’hôpital. »

Selon les données de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), l’enveloppe que l’État ontarien consacre aux soins hospitaliers est plus petite de 25,3 pour cent que dans le reste du pays. Il faudrait augmenter les crédits provinciaux de l’hôpital régional de North Bay de 23 millions de dollars par année uniquement pour atteindre le niveau de financement moyen des hôpitaux des autres provinces.

M. Hurley demande au député de Nipissing « d’élever la voix à l’Assemblée législative » afin de pousser les Libéraux ontariens à accorder des crédits additionnels pour couvrir les frais de base l’hôpital de North Bay, qui augmentent d’environ 5,3 pour cent annuellement.