Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

L’est de l’Ontario est le point de départ des compressions imposées aux hôpitaux, avec une réduction radicale des services et des lits aux hôpitaux de Renfrew, Arnprior, Perth, Smiths Falls et Ottawa

RENFREW, Ontario – Dernièrement, l’hôpital de Renfrew a annoncé son intention de réduire ses services d’accouchement et d’obstétrique. Ainsi, les hôpitaux de l’est de l’Ontario sont rapidement en train de devenir le point de départ des compressions dans les services de santé en Ontario, selon Michael Hurley, président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO).

Les compressions imposées aux hôpitaux, la diminution du nombre de lits et le délestage des services forment la base de la réforme des soins de santé instaurée par le gouvernement libéral de la province, un plan qui menace particulièrement certains petits hôpitaux ruraux.

L’hôpital Renfrew Victoria compte fermer son unité d’obstétrique en juin 2014. Cette mesure arrive dans la foulée d’importantes réductions du nombre de lits, de chirurgies, d’interventions et de traitements offerts dans les hôpitaux voisins d’Arnprior, Perth et Smiths Falls. À Ottawa aussi, des milliers d’interventions passeront de l’hôpital d’Ottawa à des cliniques privées, dont certaines à but lucratif.

« Même si les hôpitaux ne ferment pas, comme à Niagara, il semble que l’est de l’Ontario subisse les compressions les plus dures de toute la province », affirme M. Hurley.

Selon Michael Hurley, la fermeture de l’unité d’obstétrique est une mesure particulièrement « à courte vue ». « Une société dynamique a autant besoin de ses jeunes que de ses vieux.  Si les jeunes familles n’ont pas accès à des services de santé, dont l’accouchement, à leur hôpital local, elles ne viendront pas s’installer à Renfrew. La réduction des services hospitaliers ne favorise pas l’édification et la croissance de la collectivité. C’est exactement le contraire de ce dont Renfrew a besoin. Si ce plan se concrétise, il n’y aura plus de bébés dont le lieu de naissance sera Renfrew (à moins de naître à la maison). Et ce serait une véritable perte. »

À l’hôpital Arnprior Memorial, six lits ont été fermés, avec diminution de personnel, depuis le début de l’été 2013. On compte supprimer encore d’autres services en physiothérapie et en imagerie diagnostique, ce qui fera augmenter le temps d’attente pour les patients de la région.

À Perth et Smiths Falls, les communautés ont formé une coalition locale pour lutter activement contre la fermeture de 12 lits d’hôpitaux et la réduction des chirurgies de la hanche, du genou et des cataractes, des heures d’ouverture de l’hôpital de jour, des soins palliatifs, du recrutement des médecins et des chirurgies non urgentes.

Michael Hurley incite les citoyens de Renfrew à se mobiliser, comme ceux de Perth et Smiths Falls, pour garder l’unité d’obstétrique, sous peine de voir le lent déclin et la fin éventuelle de leur hôpital communautaire. Il invite aussi le député de la région à dénoncer et à empêcher la fermeture du service d’obstétrique de l’hôpital Renfrew Victoria.

  

Pour en savoir plus :

Michael Hurley
Président, Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO)
416 884-0770

Stella Yeadon
Communications du SCFP
416 559-9300