Alors que le gouvernement fédéral est sur le point d’annoncer les modalités de son Fonds pour la large bande universelle, d’un montant de 1,7 milliard de dollars, le SCFP-Québec en appelle à des règles qui maximiseront la relance économique et la création d’emplois au Canada.

D’emblée, le SCFP salue l’initiative du gouvernement qui permettra d’étendre l’accès à Internet haute vitesse, service critique pour la société et l’économie en période de pandémie. Cependant, alors que le marché de l’emploi et l’économie du Canada traversent des turbulences extrêmes, l’enjeu des retombées régionales et nationales du fonds est crucial.

« Les grandes compagnies de télécommunication qui vont bénéficier du Fonds pourraient être tentées de l’utiliser pour payer des sous-traitants, des filiales et de la main-d’œuvre situés à l’extérieur du pays. Mais on parle ici de fonds publics, alors il faut absolument maximiser les retombées pour l’économie canadienne. L’argent des contribuables doit créer de l’emploi au Canada. Donc, il faut interdire aux entreprises subventionnées par le Fonds d’avoir recours à la sous-traitance à l’étranger ou à des filiales implantées hors du pays pour la réalisation des travaux. Par la suite, il faudra appliquer cette même interdiction à l’exploitation des services de télécommunication dans les régions desservies », a expliqué Nick Mingione, président du Conseil provincial du secteur des communications (CPSC) du SCFP-Québec.

Le CPSC a abordé cette revendication en juin dans une lettre au ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Navdeep Bains, et à la ministre du Développement économique rural, Maryam Monsef.

Selon un sondage réalisé à la demande du SCFP par la firme CROP avant le confinement découlant de la pandémie, les Québécoises et Québécois appuient largement la position exprimée. 86 % des 1011 participants à ce sondage s’opposent à ce que des entreprises de télécommunication délocalisent des emplois à l’extérieur de nos frontières si elles sont subventionnées.

Lorsqu’informés du fait que les compagnies de télécommunication sous-traitent certaines de leurs activités à l’étranger, 84 % des répondants se sont dit inquiets pour la protection de leurs données personnelles, et 84 % également inquiets pour la sécurité nationale.

Le CPSC-SCFP s’apprête d’ailleurs à lancer une campagne publique en faveur de la création d’emplois au Canada dans le secteur des télécommunications.