Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

TORONTOONT. – Le budget entraînera des coupures dans les services publics, prévient Fred Hahn, président de la division ontarienne du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-Ontario), à la suite du dévoilement du budget provincial, aujourd’hui, à Queen’s Park.

« Ce budget donne de la main gauche ce qu’il a retiré de la main droite, explique-t-il. Il hausse l’impôt des mieux nantis qui sont capables d’en payer plus, mais il ne ramène pas l’impôt des sociétés à ce qu’il était avant. Résultat : pour couvrir les nouvelles dépenses, il faudra couper dans les autres services. »

Les derniers gouvernements ontariens ont réduit le taux d’imposition des sociétés. Aujourd’hui, et le gouvernement le reconnaît, le taux d’imposition combiné fédéral-provincial des sociétés est plus bas en Ontario que dans toutes les autres provinces et les États-Unis.

« Ces années de réductions d’impôt pour les sociétés ont laissé l’Ontario avec un déficit budgétaire, renchérit M. Hahn. Notre province affiche son taux d’imposition des sociétés le plus bas depuis la Grande Dépression. La seule manière pour elle de bâtir les infrastructures et les services publics qui la feront croître et prospérer consiste à rehausser ce taux et à faire en sorte que les sociétés paient leur juste part. »

Or, les différents budgets libéraux ont coupé dans les services au lieu de s’attaquer au problème des revenus. Aujourd’hui, l’Ontario est la province qui dépense le moins dans ses programmes gouvernementaux. Elle est aussi celle qui engrange le moins de revenus par habitant.

« Ce budget monte les besoins des Ontariens les uns contre les autres, poursuit M. Hahn. Il adopte la bonne voie en matière de sécurité de la retraite, mais il gèle le financement de la santé, ce qui fait qu’on verra d’autres hôpitaux fermer des lits, comme ce fut le cas à Smiths Falls. Oui, il est important de s’attaquer aux bas salaires, mais on ne devrait pas le faire en fermant des services, comme la Société d’aide à l’enfance de Brant; ces fermetures laissent des enfants vulnérables en danger. »

Les budgets qui se sont succédé n’ont pas tenu compte de la croissance de la population, de l’inflation et des besoins croissants. C’est pourquoi, à travers les provinces, on constate l’abandon de programmes, la fermeture d’établissement et l’élimination de postes en première ligne.

« De plus en plus de gens commencent à ressentir les effets des derniers budgets, qui ont assoiffé les services, ajoute M. Hahn. Les parents n’arrivent pas à obtenir l’aide dont leurs enfants ont besoin à l’école; les familles peinent à trouver des soins de qualité pour leurs parents vieillissants; des communautés perdent leurs services sociaux et les gens se retrouvent sur des listes d’attente de plus en plus longues. Les libéraux souligneront les bons coups de leur budget, mais, tant qu’on ne rehaussera pas le taux d’imposition des sociétés pour rétablir l’équité du régime fiscal, les Ontariens continueront de perdre les services sur lesquels ils comptent. »

Le SCFP est le syndicat communautaire de l’Ontario. Ses membres fournissent les services publics de qualité sur lesquels nous comptons au quotidien. Ils sont fiers de travailler dans les services sociaux, la santé, les municipalités, les commissions scolaires, les universités et les lignes aériennes.

Pour en savoir plus, contactez :

Craig Saunders 
service des communications du SCFP
416-576-7316

csaunders@cupe.ca