Colleen ReynoldsService des communications du SCFP

En novembre 2016, dans le cadre de la lutte contre la privatisation en Nouvelle-Écosse, les membres du SCFP ont lancé un appel à tous les élus de la province. Avec en main des études et des messages sur la privatisation et le rapatriement des services à l’interne, douze militants ont rencontré en tout 65 conseillers municipaux et députés provinciaux.

La campagne avait trois buts : offrir aux membres une formation en lobbying pour jeter les bases d’un nouveau réseau de membres militants, mettre le réseau à profit pendant les élections provinciales de 2017, et créer des liens à long terme avec des leaders locaux pour que nous puissions travailler ensemble.

Les membres ont reçu une formation d’une journée en lobbying, offerte par le personnel des communications, de la recherche et de l’éducation syndicale. Le groupe s’est exercé à utiliser ses nouvelles compétences et a commencé à préparer ses propres activités de lobbying. « Si nous n’avons pas de discussions et de relations positives avec nos élus, nous ne pourrons jouer qu’un rôle de spectateur dans les importantes décisions affectant nos collectivités. Je suis heureux de partir sur de nouvelles bases avec ces gens », a déclaré Greg Williams, membre militant.

Au début, certains étaient nerveux, mais bien décidés à faire de leur mieux. En tant que membre militante, Mary Jessome a raconté ce qui suit : « Ma première rencontre en solo a été avec Larry Dauphinee et Paul MacNeil du comté d’Inverness. Je peux respirer maintenant. J’étais nerveuse au début, mais maintenant j’ai beaucoup de plaisir ! » Pauline Chicarella, coordonnatrice du lobbying pour les membres, a aidé à dresser le profil des élus et à obtenir des rendez-vous avec eux.

Tout au long de la campagne, les membres et le personnel ont partagé leurs réussites et les leçons tirées grâce à une page Facebook privée. À la fin du mois, les membres ont présenté un journal sur leur expérience et leurs observations. Les rencontres ont permis de révéler de nombreux contrats sous étude et de trouver des façons de ramener ces services à l’interne.

Travailler ensemble

De nombreux conseillers municipaux ont demandé à rencontrer nos membres régulièrement à l’avenir et ont dit apprécier les efforts faits pour « travailler ensemble » à la recherche de solutions. L’équipe a été invitée à présenter le rapport Back In House (Retour à l’interne) aux séances des conseils de Baddeck, Inverness, Digby, Shelburne, Queens County, Colchester County, Victoria County et Sydney.

Le 6 décembre, nous avons appris que la motion suivante avait été adoptée à l’unanimité : « Que le conseil municipal régional de Halifax demande au personnel de produire un rapport analysant le coût et les avantages du dégagement des trottoirs jusqu’au ciment, en comparant les options de sous-traitance de ces services et de leur prestation à l’interne. » En présentant la motion, le conseiller Shawn Cleary a cité le rapport Back In House : « Le Centre for Civic Governance de Colombie-Britannique a produit un rapport dernièrement sur 15 unités municipales de tout le pays, dont Port Hawkesbury et Moncton, qui ont ramené différents services à l’interne. »

Vers la fin de la campagne, Nan McFadgen, présidente du SCFP-Nouvelle-Écosse, a fait parvenir le message qui suit à l’équipe : « Je tiens à vous dire à quel point je suis fière de ce que vous avez fait. C’est comme ça qu’on change les choses, une rencontre à la fois, avec nos voix à la bonne table. Vous avez ouvert la voie de l’avenir ! »

Beaucoup de militants ont fait écho aux sentiments exprimés par leur collègue Denise Hutchings Lewis : « J’ai beaucoup appris en menant ce lobby et je suis reconnaissante d’avoir eu la chance de non seulement renseigner les élus que nous avons rencontrés, mais aussi d’en apprendre plus moi-même. Je suis heureuse d’avoir pris part à cette expérience ! »