Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Sault Ste. Marie, ON – La récente diminution du nombre d’heures de soins aux résidents dans plusieurs établissements de soins de longue durée (SLD) à Sault Ste. Marie s’inscrit dans une crise plus grave des SLD en Ontario, affirment les employés de première ligne. Ceux-ci organisent une conférence de presse le mardi 16 septembre 2014, à midi, au Delta Waterfront.

Candace Rennick, secrétaire-trésorière de la division ontarienne du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-Ontario) et les dirigeants de la section locale 1359 d’Unifor y feront le point sur les problèmes de durée et de qualité des SLD de la région. Ces deux syndicats représentent ensemble un millier d’infirmières auxiliaires autorisées (IAA), de préposés aux services de soutien à la personne (PSSP) et d’employés affectés à l’alimentation, aux activités récréatives, à la buanderie et au ménage dans les établissements F.J. Davey Home, Extendicare, Van Daele Manor et Mapleview.

Au printemps dernier, le SCFP a lutté aux côtés des familles des résidents afin de rétablir une partie des heures de soins retranchées à la F.J. Davey Home. Cet été, Unifor a soulevé publiquement la question des mises à pied dans une résidence et de leur impact sur les soins aux résidents.

Les journalistes qui assisteront à la conférence de presse pourront visionner une vidéo émouvante intitulée « Le temps pour soigner ». Celle-ci présente le témoignage de la fille d’un résident en SLD et de nombreux PSSP et IAA qui parlent de la difficulté qu’ils ont à prodiguer des soins de qualité dans un contexte de surcharge de travail et de manque chronique de personnel.

Le SCFP-Ontario, Unifor et plusieurs partenaires communautaires ont demandé maintes fois au gouvernement provincial d’instaurer une norme de soins pour les résidents des établissements de SLD.

Dans le cadre de sa campagne « Le temps pour soigner », le SCFP-Ontario milite en faveur d’un minimum de quatre heures de soins quotidiens.

Pour en savoir plus sur la campagne « Le temps pour soigner » du SCFP-Ontario, rendez-vous au www.cupe.on.ca/s384/temps-pour-soigner.

Pour en savoir plus, contactez :
Stella Yeadon, service des communications du SCFP, 416-559-9300