Selon le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) de l’Ontario, le budget 2020 de l’Ontario ne protégera pas et ne soutiendra pas les communautés et il laisse passer l’occasion de nous aider à traverser la deuxième vague de COVID-19.

« Les conservateurs de Doug Ford ont fait un excellent travail en présentant leur budget provisoire de manière positive. Mais, ils manquent la cible lorsqu’il s’agit de prendre les mesures nécessaires, dès maintenant », a affirmé Fred Hahn, président du SCFP-Ontario. « Ils ouvrent en fait la voie à un avenir encore plus dangereux pour l’Ontario ».

« Il n’y a pas d’argent frais pour la santé publique alors que nous avons besoin de son travail important maintenant plus que jamais, ou pour les municipalités qui luttent pour dispenser les services essentiels sur lesquels les communautés comptent », a déclaré M. Hahn. « Alors que 581 écoles sont touchées par des éclosions, aucun argent frais n’est mis à leur disposition afin d’assurer la sécurité de nos enfants et des travailleurs de l’éducation. Avec toutes les déclarations visant à régler les problèmes entourant les soins de longue durée, il nous faut voir la preuve que les fonds seront là pour ce travail important ».

Le syndicat, qui représente 280 000 travailleurs du secteur public, a mis en évidence les 9,3 milliards de dollars inutilisés destinés à gérer cette crise. Il a souligné qu’argent promis n’est pas nécessairement argent dépensé.

« Il est alarmant de constater que l’orientation de ce budget a plus à voir avec la réduction d’impôts qu’avec les investissements dans les services. Il est clair que ce budget repose sur une vieille hypothèse idéologique selon laquelle réduire les impôts finira par améliorer la vie. Nous savons tous que c’est un fantasme ».

« Lors de son allocution, le ministre des Finances a parlé à juste titre de la nécessité pour nous tous de travailler ensemble pour surmonter une crise qui touche tout le monde », a déclaré M. Hahn. « Cela signifie qu’il faut renforcer nos ressources collectives pour financer les services publics. Ce budget rejette l’idée d’augmenter les impôts de ceux qui profitent de la pandémie et qui peuvent se permettre de payer plus. En fait, il va dans l’autre sens en réduisant les impôts et en remettant l’argent au secteur privé. Par exemple, les grandes sociétés privées dont les profits ont grimpé en flèche pendant la pandémie n’ont pas besoin de deniers publics pour payer leur facture d’électricité. Les Ontariens ont perdu suffisamment d’argent public pour notre système hydroélectrique privatisé. Je ne sais pas pourquoi les conservateurs de Doug Ford veulent leur en donner plus ».

« Dépenser sauve des vies et nos services publics sont notre meilleure chance de nous en sortir
ensemble », a déclaré M. Hahn.