Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

TORONTO, ON – Le plan libéral afin de privatiser le réseau de distribution électrique d’Hydro One est une erreur coûteuse, prévient le président de la division ontarienne du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-Ontario), Fred Hahn.

« La vérificatrice générale vient de révéler que le gouvernement ontarien a gaspillé 8 milliards de dollars en projets de privatisation, rappelle-t-il. Et voilà que, la même semaine, le gouvernement annonce qu’il s’engage dans la même direction avec le réseau de distribution d’Hydro One. Il faudrait que les Libéraux retiennent la leçon : la privatisation, ça ne marche pas. Ça coûte cher au citoyen et, dans ce cas précis, ça fera grimper les tarifs d’électricité. C’est mauvais pour les citoyens et ça fera fuir les entreprises et les emplois. »

L’an dernier, le réseau de distribution d’Hydro One a généré 452 millions de dollars en « profits », somme versée en partie dans les coffres de l’État. « C’est insensé de vendre des actifs rentables, affirme M. Hahn. En gardant ces actifs publics, on continuera à produire des revenus pour financer les infrastructures et les services des générations futures. En les vendant, on accule notre avenir collectif à la faillite. Le gouvernement doit agir pour le long terme, au lieu de chercher à faire de l’argent à tout prix. »

La feuille de route du gouvernement en matière d’électricité n’a pas de quoi rassurer, ajoute-t-il, en pointant le gaspillage d’un milliard de dollars dans le scandale des centrales PPP au gaz, ainsi que les deux milliards de dollars consacrés aux compteurs intelligents, une dépense qu’a critiquée la vérificatrice générale dans son rapport de la semaine dernière. « Le gouvernement a d’abord baissé l’impôt des sociétés pendant des années sans que cela crée d’emploi, dit M. Hahn. Puis il a gaspillé des milliards dans des projets de privatisation ratés. L’Ontario n’a pas les moyens de signer d’autres contrats de privatisation. Ceux-ci détournent les deniers publics pour les envoyer dans les poches du privé. Pouvons-nous apprendre de nos erreurs passées? Cessons toute privatisation. Arrêtons les PPP. Investissons les revenus tirés des actifs publics dans les services publics et les infrastructures publiques qui profitent à toute la population ontarienne. »

Le SCFP est le syndicat communautaire de l’Ontario. Ses membres fournissent les services publics de qualité dont nous dépendons tous au quotidien. Ils sont fiers de travailler dans les services sociaux, la santé, l’éducation, le secteur municipal et le transport aérien.

Pour en savoir plus, contactez :

Craig Saunders

Service des communications du SCFP
 416-576-7316