Le gouvernement de l’Ontario est loin de faire son devoir lorsque vient le temps de soutenir financièrement les personnes et les services publics, selon le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) de l’Ontario, qui s’appuie sur un nouveau rapport du Bureau du directeur de la responsabilité financière de l’Ontario (BRF).

Le rapport révèle que la part des mesures d’appui direct du gouvernement provincial par rapport au gouvernement fédéral est seulement de 3 %. De plus, dans les deux fonds des mesures de soutien en réponse à la COVID-19, un fonds d’intervention du secteur de la santé et un fonds de soutien aux personnes et à la création d’emplois, la majorité (6,7 milliards $) demeurent inutilisés. C’est également le cas pour la majorité des fonds de la Relance sécuritaire, 3,1 milliards de dollars, et pour la moitié du fonds du retour à l’école en toute sécurité.

« Doug Ford répète continuellement aux Ontariens qu’il est prêt à faire n’importe quoi pour soutenir nos collectivités et nous maintenir en sécurité », a déclaré Fred Hahn, président du SCFP-Ontario, qui représente 280 000 travailleurs du secteur public. « Mais ce rapport expose ce mensonge. Fournir seulement 3 % des mesures de soutien déjà inadéquates, et conserver des milliards et des milliards de dollars qui devraient servir à soutenir les services publics et les employés de première ligne, c’est inacceptable. »

Le SCFP-Ontario exhorte le gouvernement à augmenter les dépenses et à utiliser ces fonds immédiatement.

« Nous ne pouvons pas permettre aux conservateurs de Ford de fuir leurs responsabilités et d’offrir si peu aux Ontariens qui luttent tellement », a déclaré Fred Hahn. Maintenant, alors qu’une deuxième vague se profile à l’horizon, que les enfants retournent à l’école et que la pénurie d’employés de la santé se poursuit, il est temps que Ford joigne le geste à la parole.

Avant la pandémie, les dépenses de l’Ontario par habitant dans les services publics étaient de plus de 2000 dollars sous la moyenne du reste du Canada, selon un rapport du BRF de 2019.

« Nos collectivités et tous les services publics qui appuient nos collectivités ont désespérément besoin d’investissements vitaux », a déclaré Candace Rennick, secrétaire-trésorière du SCFP-Ontario. « C’était le cas avant la pandémie et c’est devenu encore plus urgent pendant la pandémie. Ces fonds sont essentiels pour assurer une véritable relance après la pandémie. Ce n’est pas le moment pour les conservateurs de Ford de retenir les investissements destinés à soutenir les services publics essentiels comme les soins de santé, les services sociaux et l’éducation ».