Le SCFP-Terre-Neuve-et-Labrador a rejeté la proposition de prolongation de la convention collective présentée par le gouvernement. Celle-ci comprend une importante concession pour les membres du Régime de retraite de la fonction publique (PSPP).

« En 2016, une entente a été conclue entre les gouvernements fédéral et provinciaux, y compris celui de Terre-Neuve-et-Labrador, dans le but d’améliorer les prestations du RPC pour tous les Canadiens », explique la présidente du SCFP-T.-N.-L., Sherry Hillier. « Il a été convenu que les travailleurs et les employeurs verraient leurs cotisations augmenter légèrement afin de financer une bonification des prestations du régime. »

« Au lieu de partager équitablement l’augmentation des coûts du RPC avec les travailleurs, le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador essaie de leur refiler l’augmentation de ses cotisations en extorquant des concessions au PSPP. Cette décision annulerait la bonification du RPC pour 34 000 travailleurs de la province. »

Le négociateur principal du SCFP, Ed White, ajoute que les membres du PSPP ont déjà fait des sacrifices pour assurer la durabilité du régime. « Il y a tout juste cinq ans, ils ont accepté une hausse des cotisations, une baisse des prestations et le partage de la responsabilité de financer tout déficit », rappelle-t-il.

Sherry Hillier ajoute qu’il est doublement préoccupant que les personnes les plus touchées par la concession au PSPP soient les travailleurs à bas salaire : « Et les coupes dans les pensions des travailleurs seront beaucoup plus importantes que la faible augmentation salariale que le gouvernement propose en échange. »

« Tous les travailleurs canadiens méritent la bonification du RPC; les Terre-Neuviens et les Labradoriens ne devraient pas être laissés en arrière-plan », conclut-elle.