Le SCFP-Ontario a promis son plein appui à la coalition de cinq grands syndicats de la santé, dont le Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO/SCFP), alors qu’ils préparent une campagne provinciale de résistance au « plan en trois étapes » du gouvernement Ford pour privatiser les services de soins hospitaliers.

« Notre syndicat haussera le ton au nom des 280 000 membres du SCFP-Ontario, parce qu’ils sont parmi les plus fervents défenseurs de notre système de santé publique. Nous avons tous besoin de nos services de santé, nous en dépendons et nous souffririons s’ils étaient privatisés », a déclaré Fred Hahn, président du SCFP-Ontario.

Il a promis de contribuer à mobiliser le soutien de tout le syndicat dans la lutte contre les intentions de privatisation du gouvernement Ford, en critiquant le premier ministre et ses plans qui visent à accroître l’inégalité des soins de santé et la pénurie de personnel.

« La privatisation n’est en aucun cas une solution à la crise de notre système de santé — une crise qui, dans les faits, a été entièrement créée par Doug Ford », poursuit Hahn. « Son gouvernement a privé nos hôpitaux de financement et créé une pénurie de personnel criante en maintenant les salaires bas, un choix qui a surtout nui aux travailleuses. »

« Il nous dit maintenant que la privatisation va résoudre ces problèmes. Mais nous savons que la privatisation ne fera qu’aggraver la pénurie de personnel et priver notre système de santé publique de ressources cruciales. Les Ontarien(ne)s ne seront pas dupes. »

Yolanda McClean, secrétaire-trésorière du SCFP-Ontario, a affirmé que le syndicat tout entier soutient la lutte contre les plans de Ford visant à privatiser les soins de santé dans la province : « En tant qu’Ontarien(ne)s, nous apprécions trop notre système de santé publique pour laisser le gouvernement Ford le démanteler. Nous savons ce qui est nécessaire : investir dans les hôpitaux et les services, mettre fin à la crise de personnel qui a eu un impact si dévastateur sur les soins aux patient(e)s et sur les employé(e)s, en particulier les femmes, et mettre fin aux services de santé privés. »

L’Ontario est déjà la province qui dépense le moins dans les services de santé. Dans les plans de privatisation du gouvernement Ford, les fonds déjà rares alloués à la santé seront détournés vers les cliniques privées, même si les études ont démontré que les services cliniques privatisés mènent à des résultats de santé médiocres, à une perte de qualité des soins et à une augmentation des coûts.

« Nous n’approuverons pas un système qui donne la priorité aux profits plutôt qu’à la santé des gens, et nous ne tolérerons pas que les investissements nécessaires aux services hospitaliers soient canalisés vers les soins privés », a déclaré Hahn.