Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

WINNIPEG – Vendredi, le gouvernement manitobain a annoncé la mise en place d’un fonds d’améliorations salariales qui augmentera le salaire de base des travailleurs du programme de services en établissement de Community Living. Cette annonce est la réalisation d’une promesse faite plus tôt cette année, celle de s’assurer que les travailleurs qui prennent soin des Manitobains ayant une déficience intellectuelle puissent vivre au-dessus du seuil de pauvreté.

« Nous sommes heureux que la province ait reconnu la grande importance de ces travailleurs dans la vie de tant de gens, a déclaré Kelly Moist, la présidente du SCFP-Manitoba. Il est essentiel d’assurer à ces travailleurs un salaire décent, autant pour eux que pour les Manitobains dont ils s’occupent. »

En juillet 2014, les employés de Community Living Selkirk, une agence représentée par la section locale 3085 du SCFP, ont organisé plusieurs piquets d’information à Selkirk et à Winnipeg. Ces démonstrations avaient pour but d’attirer l’attention sur les bas salaires qui prévalent dans le secteur. Ils prévoyaient débrayer le 8 août, date qui fut reportée lorsque le gouvernement manitobain a annoncé une enveloppe de 6 millions de dollars pour augmenter le salaire de base des employés de Community Living les moins bien payés à l’échelle de la province.

Aujourd’hui, la ministre des Services à la famille, Kerri Irvin-Ross, a annoncé que le salaire de base passera à 12,50 $ le 1er janvier, puis à 13,00 $ le 1er juillet. Ainsi, le salaire de départ, qui était tout juste au-dessus du salaire minimum, passera à un niveau plus raisonnable. Le gouvernement reconnaît donc que ces employés méritent une rémunération équitable pour le travail qu’ils font.

En outre, cette mesure, en créant un salaire de départ plus raisonnable, devrait faciliter le recrutement et la rétention d’un personnel dévoué et capable d’assurer plus de stabilité dans les soins aux Manitobains ayant une déficience intellectuelle. « Il y a tant de travailleurs manitobains qui vivent sous le seuil de la pauvreté, au salaire minimum ou à peine plus élevé, a dit Mme Moist. Nous nous battons pour faire changer les choses. C’est pourquoi nous saluons tous les pas faits pour rapprocher les travailleurs d’un salaire décent. »

La section locale 3085 du SCFP représente une centaine d’employés chez Community Living Selkirk. Ces travailleurs fournissent des services de soutien en établissement aux Manitobains qui ont une déficience intellectuelle. À l’échelle provinciale, le SCFP représente plus de 600 travailleurs en intégration communautaire.

Pour en savoir plus, contactez :

David Jacks

Service des communications du SCFP
 204-801-7339