L’annonce d’un gel unilatéral de l’embauche dans tous les services gouvernementaux démontre que le premier ministre désigné Doug Ford ne comprend pas la portée globale des services prodigués par le gouvernement ontarien. C’est ce que soutient Fred Hahn, président du SCFP-Ontario.

« Ford n’a même pas encore été assermenté, dit-il, et voilà qu’il prend cette décision radicale sans avoir eu le temps de comprendre réellement les besoins globaux de chacun des ministères et des services qu’ils offrent dans toute la province. Cela risque de causer de graves problèmes, peut-être involontaires, en première ligne, dans la communauté. »

« Ce n’est pas avec des décisions irréfléchies qu’on améliorera le sort des travailleurs et de leurs proches », ajoute Candace Rennick, secrétaire-trésorière du SCFP-Ontario. « Une fois que le nouveau Premier ministre entrera officiellement en fonction et qu’il se sera familiarisé avec l’ampleur des emplois nécessaires que toucherait son gel, nous espérons qu’il reverra sa décision. »

Bien qu’on ne connaisse pas les détails de ce gel de l’embauche, rappelons que, lorsqu’il était au conseil municipal de Toronto, Doug Ford a appuyé des politiques qui ont laissé plusieurs postes non pourvus en raison d’un départ à la retraite, d’un congé parental ou d’une démission.

« Ce qui s’est produit à Toronto a eu une incidence directe sur le niveau et la qualité des services prodigués au citoyen, prévient M. Hahn. Nous craignons que l’annonce d’aujourd’hui entraîne la même chose ou pire dans l’ensemble de l’Ontario. Nous avons déjà une crise dans les soins de longue durée. Et nos enfants n’obtiennent pas le niveau de soutien dont ils ont besoin en classe. Nous avons besoin d’un premier ministre qui s’assure que les gens obtiennent les services dont ils ont besoin, pas qui s’arrange pour aggraver la situation. »