Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Edmonton, Alb. – Le syndicat qui représente 9 000 employés de soutien scolaire est satisfait de la décision du gouvernement albertain de construire les prochaines écoles en mode traditionnel. En effet, l’Alberta abandonne le soi-disant modèle de « partenariat public-privé » (PPP). Par contre, le syndicat souligne que le gouvernement a refusé d’entendre les avertissements voulant que les PPP ne fonctionnent pas.

« L’approche PPP était vouée à l’échec, assure la présidente du SCFP-Alberta, Marle Roberts. D’ailleurs, les recherches sur les PPP l’attestent : ceux-ci coûtent plus cher tout en offrant moins. L’Alberta a besoin de nouvelles écoles; l’entêtement du gouvernement dans ce dossier a retardé les travaux d’au moins un an. »

En octobre 2013, le SCFP publiait une étude qui pointait aux coûts et aux autres conséquences négatives du modèle PPP appliqué à la construction d’écoles.

En avril 2009, le vérificateur général de l’Alberta arrivait à la conclusion que le gouvernement surévaluait de 20 millions de dollars les économies découlant des écoles en PPP.

« Les Conservateurs ont ignoré ces avertissements, ce qui a fait souffrir les contribuables, les élèves et la société, soutient Mme Roberts. Ils ont enfin compris, bravo, mais s’ils avaient fait preuve d’un peu moins d’arrogance et d’un peu plus d’ouverture envers les intervenants et les preuves dans ce dossier, on aurait pu éviter tout ce pétrin. »