DOUZE SUGGESTIONS POUR LUTTER CONTRE LA VIOLENCE AU TRAVAIL

Télécharger une version imprimable de la liste.

1. Donnez de la visibilité à la problématique.
Installez une affiche « Ça ne fait pas partie du travail » du SCFP sur le babillard du syndicat. Vous pouvez aussi commander des autocollants et des macarons.


2. Outillez vos membres.
Assurez-vous qu’ils connaissent leurs droits et qu’ils comprennent l’importance de signaler tous les incidents, peu importe leur envergure. Rappelez-leur que leur syndicat sera là pour les défendre.


3. Mettez la question à l’ordre du jour.
L’employeur a la responsabilité de garantir un lieu de travail sans violence. C’est à nous de veiller à ce qu’il remplisse son obligation. Faites-en sorte qu’un point sur la violence au travail apparaisse systématiquement à l’ordre du jour des réunions du comité de santé et de sécurité. Si ce comité n’existe pas, créez-le. Si cela ne suffit pas, inscrivez aussi le point à l’ordre du jour des réunions patronales-syndicales.


4. Outillez les membres du comité de santé et de sécurité.
Les représentants du SCFP au sein de vos comités mixtes de santé et de sécurité ont un rôle important à jouer dans l’identification des dangers qui accroissent le risque de violence au travail. Assurez-vous qu’ils disposent des outils dont ils ont besoin.


5. Offrez une formation aux militants.
Votre comité de santé et de sécurité ne peut pas tout faire seul. Assurez-vous que votre exécutif local, vos délégués syndicaux et les autres militants possèdent les compétences nécessaires pour aider à résoudre les situations problématiques au travail.


6. Consultez vos membres.
Les pires incidents de violence au travail sont faciles à repérer, mais vos membres peuvent également être victimes d’agressions, de harcèlement et de violences de moins grande envergure, des situations qui souvent ne sont pas signalées. Le SCFP dispose d’outils pour vous aider à savoir où et comment vos membres vivent la violence au travail.


7. Menez une inspection sur les lieux de travail.
Constatez-vous une augmentation des incidents violents? Votre comité devrait mener une inspection. Nous avons un outil pour vous aider.


8. Révisez les politiques de l’employeur.
Les employeurs élaborent des politiques pour traiter de nombreuses questions liées au lieu de travail. Si le vôtre a une politique de prévention de la violence, assurez-vous qu’elle protège bien vos membres. Le SCFP a produit un guide pour vous aider.


9. Abordez la question lors des négociations.
Passez en revue votre convention collective et assurez-vous d’avoir les meilleures clauses possibles pour lutter contre le harcèlement et la violence en milieu de travail et les problèmes connexes tels que les niveaux de dotation en personnel et le travail en solitaire.


10. Collaborez avec l’employeur.
Lorsque votre employeur comprendra la gravité du problème, vous serez en mesure de travailler de concert. Envisagez de travailler ensemble pour la formation, les communications avec les employés, ainsi que les communications avec le public (par exemple, en utilisant des affiches bien visibles) afin de bien faire savoir que les comportements agressifs et violents ne seront pas tolérés.


11. Prêchez par l’exemple.
Mener vos activités syndicales, y compris les réunions, avec respect et solidarité. L’Énoncé sur l’égalité et le Code de conduite du SCFP peuvent vous aider.


12. Faites campagne avec des alliés. Trouvez des gens de votre communauté pour faire pression sur les gouvernements afin qu’ils augmentent le financement et rétablissent les services publics. Les pénuries de personnel augmentent le risque de violence sur le lieu de travail.