Le SCFP 963, le syndicat représentant les travailleurs d’Alcool NB, s’oppose à la modification éventuelle de la Loi sur la réglementation des alcools pour permettre aux dépanneurs de vendre de la bière, du vin et de l’alcool. Cette modification est devenue une promesse électorale des libéraux ce week-end.

« Avec la croissance actuelle de la vente privée via les magasins de franchise, cela affaiblit encore plus notre service, surtout dans les zones urbaines. Il s’agit d’une privatisation partielle qui mènera à la fermeture de magasins publics d’Alcool NB », a déclaré Jamie Agnew, président de la section locale 963 du SCFP.

« Cela transformera les emplois bien rémunérés, avec des travailleurs qui paient des impôts, en travail au salaire minimum précaire », a déclaré Agnew.

« Ça nuit à nos communautés, ça privatise les profits et socialise les risques », a ajouté Daniel Légère, président du SCFP NB.

Il est faux de croire que privatisation réduit le prix pour les consommateurs. Le SCFP note que la privatisation partielle de la Société des Alcools du Québec (SAQ) n’a pas non plus entraîné la baisse des prix de l’alcool. [1]  La concurrence des différents détaillants n’a pas eu pour effet de les encourager à réduire leur marge bénéficiaire.

« Le transfert de la vente d’alcool au secteur privé réduira les revenus de la province et réduira le nombre d’emplois bien rémunérés, ce qui ne contribue pas à la croissance de notre économie », a déclaré M. Légère.

Actuellement, Alcool NB génère plus de 169 millions de dollars pour les caisses publiques.

 

[1] Consultez notamment la recherche de 2015 de l’IRIS: https://iris-recherche.qc.ca/publications/saq#