MP committee falls short on pay equity planUn grand pourcentage des employés des bibliothèques publiques occupent un poste précaire. C’est ce que révèle une nouvelle étude du SCFP. Vingt-huit pour cent des syndiqués SCFP œuvrant dans les bibliothèques publiques n’occupent pas un poste à plein temps ou permanent. Une tranche additionnelle de 24 pour cent est en danger de voir son poste précarisé. Ces chiffres proviennent de la phase 1 du premier sondage national sur la précarité d’emploi auprès des travailleurs de bibliothèques du SCFP.

Par emploi précaire, on entend un emploi à temps partiel, temporaire, occasionnel ou contractuel. Ce type d’emploi offre moins d’heures de travail qu’un emploi permanent à plein temps et peu ou pas d’avantages sociaux (comme l’accès à des assurances collectives ou à un régime de retraite).

Même si la précarité d’emploi est gravement problématique dans l’ensemble de l’économie, l’enquête de 2014 sur l’effectif du SCFP avait révélé que c’est chez les employés de bibliothèques publiques qu’on trouve le plus fort pourcentage de postes permanents à temps partiel. Soixante-dix pour cent des commis de bibliothèque travaillent à temps partiel. Devant ces chiffres, les délégués au congrès national du SCFP de 2015 ont adopté une résolution ordonnant au syndicat de mener un sondage sur la précarité d’emploi chez les employés de bibliothèque du pays affiliés au SCFP.

On connaît maintenant les résultats, et ceux-ci sont préoccupants pour le bien-être des travailleurs et la santé du secteur bibliothécaire. Voici d’autres chiffres tirés du sondage :

  • la main-d’œuvre des bibliothèques publiques est féminine à 79 pour cent;
  • 41 pour cent des employés ont un salaire annuel inférieur à 30 000 $;
  • les employés font plus d’heures permanentes à temps partiel et moins d’heures permanentes à plein temps que la moyenne de l’effectif du SCFP;
  • plusieurs années peuvent s’écouler avant qu’un employé à temps partiel obtienne un poste à temps plein;
  • 1 employé sur 5 cumule plus d’un emploi;
  • 4 employés sur 10 n’ont pas accès à des assurances collectives au travail;
  • près d’un (1) employé sur 4 n’a pas de régime de retraite au travail.

La phase 1 du projet consistait en un sondage téléphonique aléatoire, à l’échelle nationale, auprès des syndiqués SCFP œuvrant dans une bibliothèque publique autonome (c’est-à-dire une bibliothèque publique disposant de sa propre section locale SCFP et de sa propre convention collective). La phase 2 du projet a été lancée au congrès national du SCFP de 2017.

Le SCFP représente 119 unités de négociation de bibliothèques publiques autonomes au pays. Des membres de 71 unités ont participé à l’enquête, ce qui représente 60 pour cent des unités autonomes. Le nombre de participants s’élevait à 805. Le sondage a été réalisé entre la fin d’août et le début de septembre 2017 avec l’aide de Viewpoints Research.